Vers Mars de Mary Robinette Kowal

Vers Mars de Mary Robinette Kowal est la suite de Vers les Étoiles qui vient d’obtenir le Prix Julia Verlanger 2021. Ces deux romans mettent en scène une histoire alternative de la conquête spatiale suite à la chute d’une météorite qui a détruit la côte Est Américaine en 1952. Cette incident a des répercussions terribles au niveau écologique, et l’humanité décide d’accélérer l’exploration spatiale en espérant fonder des colonies sur d’autres planètes du système solaire. Vers les étoiles mettait en place la situation et les débuts de la conquête avec les premiers pas de l’homme sur la Lune. Cette fois, et comme le titre l’indique bien, c’est Mars qui est à l’honneur.

La colonisation de l’espace en route

Le roman se déroule 3 ans après les événements décrits dans le premier. Pour ceux qui ont lu le recueil de nouvelles Lady Astronaute nous sommes trente ans avant la nouvelle qui a donné son titre au livre. Elma York, surnommée, la Lady astronaute est toujours la narratrice et l’héroïne principale. Une colonie a été crée sur la lune avec une plateforme orbitale Lunetta servant d’avant garde pour la suite de la colonisation. Elma est pilote sur la lune, elle s’occupe d’une navette de transport entre la Lune et Lunetta. Cette situation commence à la frustrer et elle envisage de prendre ses distances avec le programme spatial pour se se consacrer à son mariage. La situation sur Terre est toujours critique et Mars apparait comme une possibilité pour l’avenir de l’humanité. Malgré tout, la colonisation a tout de même des opposants, avec notamment le mouvement Earth First qui pense qu’il y a toujours moyen de sauver la planète. Un petit groupe d’hommes de ce mouvement va ainsi prendre en otages des astronautes lors de leur retour sur Terre. Les preneurs d’otage se révèlent être des hommes de couleur noire entrainant les suspicions d’éventuelles complicités au sein des astronautes. Ce fait met en avant les problèmes de racisme présents dans l’Amérique des années 60.

Elma ayant fait preuve de diplomatie et étant une star parmi les astronautes, la NASA décide de la choisir pour la mission à destination de Mars au détriment d’une autre calculatrice. Les préparatifs de la mission ont lieu, et cette dernière est lancée en décembre 1961. Trois vaisseaux forment la mission: le Pinta où se trouve Elma York et le commandant Stetson Parker, le Niña avec un second groupe, et le Santa Maria, un vaisseau de transport de matériel. Le roman raconte le voyage vers la planète rouge et il ne faut pas espérer de conquête martienne, elle sera peut être au rendez vous plus tard, espérons le. Cela se révèle un peu frustrant car le voyage est intéressant, mais beaucoup moins que la conquête et la terraformation de la planète. En plus, c’est un peu long pour juste être l’objet d’un seul livre.

Un voyage avec un gout de trop peu

En lisant le roman, j’ai souvent pensé à la série télé Away qui racontait également un vol spatial vers Mars. Dans la série, une série d’incidents ponctuaient la mission composée d’astronautes de divers nationalités. On retrouve tout cela dans le roman avec un voyage poncuté d’incidents divers et très souvent liés à des problèmes très terre à terre. Le souci est que les catastrophes ont un peu tendance à s’enchainer et à prendre toute la place dans le récit. La mission est aussi composée de différentes nationalités, et parfois l’autrice leur donne un aspect un peu caricatural avec notamment l’astronaute venant d’Afrique du Sud qui se révèle être raciste et un connard de première. Il faut souligner la volonté de l’autrice d’aborder le problème du racisme et des tensions raciales malheureusement toujours d’actualité, mais elle aurait pu le faire avec un peu plus de finesse.

Le roman est centré sur les personnages, principalement Elma qui se révèle être une héroïne attachante et humaine, mais parfois énervante, surtout dans sa volonté de toujours vouloir bien faire. Paradoxalement, des personnages qu’on détestait dans le premier tome deviennent plus humains, comme le commandant Stetson Parker dont la relation avec Elma prend une nouvelle tournure. Le style de Mary Robinette Kowal et la traduction sont toujours très fluides et le livre se lit facilement.

Vers Mars est ainsi une lecture très plaisante, mais qui se révèle en dessous du premier tome. Les thématiques sont intéressantes tout comme l’univers uchronique mis en place. L’aspect social et relations humaines est un peu trop prépondérant, avec une vision plutôt pessimiste. Raconter le voyage est intéressant, mais loin d’être passionnant. J’espère voir le reste de l’aventure et découvrir comment la colonisation de la planète a été faite.

Autres avis: Apophis, FeydRautha , Lianne, Dragon galactique, Lune, Le maki,

Acheter ce livre en soutenant les librairies indépendantes et le blog:

En papier

Autrice: Mary Robinette Kowal

Traduction : Patrick Imbert

Édition: Denoël Lunes d’encre

Parution: 06/10/2021

Alors qu’une sonde robotisée se pose sur Mars, prélude à une première mission habitée vers la planète rouge, Elma York embarque à bord de la navette qui la ramènera sur Terre après une affectation de trois mois sur la Lune. Mais le retour ne se passe pas comme prévu : un groupe de terroristes appartenant au mouvement Earth First profite de l’atterrissage en catastrophe du vaisseau pour prendre l’ensemble des passagers en otage. Leurs revendications sont simples : l’arrêt de la conquête spatiale et la réaffectation du budget à la survie sur Terre.
La Lady Astronaute parviendra-t-elle à leur faire entendre raison et, surtout, réalisera-t-elle son rêve : fouler, un jour, le sol martien ?
Vers Mars forme avec Vers les étoiles un diptyque haletant, en prise directe avec le monde contemporain : le récit d’une lutte pour les droits des femmes et des minorités et d’une conquête spatiale digne de L’Étoffe des héros.

18 commentaires

  1. J’ai l’impression de relire mon impression du tome 1. J’avais été assez agacée par le manque de finesse mais aussi par la fin qui se terminait par la partie qui m’aurait le plus intéressée. Je me rends compte que le tome 2 ne fait pas mieux voire accentue les défauts
    du tome 1 donc ça me conforte dans l’idée d’abandonner la série.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s