After Yang et autres histoires de Alexander Weinstein

After Yang et autres histoires est un recueil de treize nouvelles d’Alexander Weinstein publié par les éditions Actusf. Pour la couverture du livre, ils ont choisi de reprendre l’affiche du film qui adapte un des textes. Le film After Yang a été écrit, produit et réalisé par Kogonada en 2021, mais vient de sortir début juillet en France. Il avait été présenté dans la section Un certain regard du festival de Cannes 2021. Le livre attira les regards après avoir été choisi par le New York Times comme l’un des 100 livres remarquables de 2016. La traduction est de Hermine Hémon et Erwan Devos

Le choix d’utiliser l’affiche du film pour le livre est certes intelligente du point de vue marketing, mais elle ne reflète pas la richesse et les thématiques du recueil. L’adaptation cinéma garde la trame générale de la nouvelle, qui est assez courte, en l’étoffant. Elle ne concerne seulement qu’un seul des 13 textes. Les textes ont tous en commun d’explorer des futurs proches en lien avec des progrès technologiques ou des mutations de la société. Les thèmes sont liés à l’identité, l’impact de la technologie sur nos vies, le souvenir.

La nouvelle Nos dieux à Yang ouvre le recueil. Dans un futur proche, les androïdes sont devenus monnaie courante, mais de qualité bien différente suivant les moyens financiers. Le narrateur a adopté une petit fille d’origine chinoise. Pour les aider dans les taches quotidiennes et s’occuper d’elle, les parents ont recours à Yang, un androïde de soutien très bien intégré et ayant un peu le rôle de grand frère. Malheureusement, un matin, Yang tombe en panne, laissant la famille en situation tragique. La nouvelle questionne sur le rôle de ces androïdes, sur les différences avec l’humain.

Plusieurs textes par la suite parlent de l’impact des technologies sur nos vies avec par exemple des sociétés où la parole ne se fait que de manière virtuelle, où les humains ne savent plus quoi faire sans connections, sans technologie. Dans Les cartographes, on trouve des questionnements sur la vérité des souvenirs avec une technologie permettant d’acheter des souvenirs comme des vacances sans se déplacer. Ces thématiques reviennent dans quasiment tous les textes. Seule la dernière nouvelle, Age de glace, change un peu avec une nouvelle post apocalyptique, dans laquelle l’humanité vit une nouvelle ère glacière suite à des catastrophes. Les questionnements sur le monde d’avant, l’identité reviennent cependant. Deux textes diffèrent des autres par leur brièveté et leur contenu: Extraits du Dictionnaire autorisé du Nouveau Monde, où il est question de connections Cerveau / Web, et Une brève histoire de la révolution qui a échoué faisant suite au précédent.

Les questionnements proposés par Alexander Weinstein sont intéressants et concernent des évolutions actuelles de l’humain par rapport à l’identité, en lien avec les progrès technologiques et tout ce qui est virtuel. Les différentes histoires concernent des personnages particulier, mais auxquels on peut s’identifier assez facilement. Par contre, les principaux protagonistes sont souvent masculins et les femmes ont assez peu d’importance. C’est un peu dommage, cela entraine une certaine ressemblance dans les différents textes. L’écriture d’Alexander Weinstein est d’une grande fluidité et on s’immerge facilement dans les différents textes surtout qu’ils présentent des univers plausibles. Certains textes ont aussi une fin un peu précipitée qui laisse parfois le lecteur sur sa faim.

After Yang et autres histoires est ainsi un recueil intimiste qui questionne notre rapport aux technologies, aux souvenirs, à l’humain, dans des sociétés de plus en plus connectées et virtuelles. Les textes sont très immersifs, les thématiques intéressantes, mais j’aurai aimé un peu plus de diversité.

Autres avis : Un dernier livre avant la fin du monde,

Auteur: Alexander Weinstein

Éditions: Actusf

Parution : 24 juin 2022

Imaginez le futur…
Imaginez vous connecter instanta- nément aux réseaux sociaux par le biais d’implants…
Imaginez acheter un androïde pour élever vos enfants…
… ou bien élever des enfants virtuels plus vrais que nature…
Imaginez pouvoir visiter à l’infini vos souvenirs ou vivre entièrement en ligne…
… ou imaginez lutter pour votre survie dans un monde désormais recouvert d’une épaisse couche de glace.
Bienvenue dans le monde de demain. Il est déjà là.

En treize nouvelles tour à tour émouvantes, glaçantes ou visionnaires, ce recueil d’Alexander Weinstein interroge notre rapport à la technologie à la lumière de notre rapport aux autres. Il contient « Nos adieux à Yang », adapté au cinéma par Kogonada et porté par Colin Farrell. Le film a été sélectionné pour Un certain regard au festival de Cannes !

Cette chronique fait partie du Challenge S4F3 2022

6 commentaires

  1. J’ai vu le film et si il est formellement très réussi, il m’a complètement laissé sur le bas côté d’un point de vue émotionnel, ce qui est bien dommage pour un sujet pareil.
    Dommage pour la couverture affiche de film, je n’ai jamais pensé du bien du procédé mais là aussi en terme de marketing, je ne sais pas trop si ça a un quelconque intérêt, la sortie du film n’a pas fait grand bruit.
    Je lirai peut être ce recueil un jour, qui sait. Là je n’ai pas le temps 😦

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s