Les jeux dans les Terres du Milieu

L’univers de Tolkien est d’une grande richesse, il a depuis les 50 dernières années inspiré des créateurs de jeux (sans lui le paysage du jeu de rôle aurait sans doute été différent), mais c’est surtout depuis la sortie des films que l’ont a vu une profusion de jeux de société  sur le thème du seigneur des anneaux. Tous ne sont pas excellents, mais il faut bien admettre que plusieurs d’entre eux méritent notre attention, de part leur intérêt historique, ou tout simplement parce qu’ils sont très bons… Dans ce panorama des jeux Tolkien, je n’ai retenu que l’ordre jeu de carte / jeux de plateaux / jeux de rôles. Chaque titre de jeu est suivi des informations (Auteur – Éditeur – Année de sortie)

SdA portrait famille
Portrait de famille partiel

 Les jeux de cartes

Dans les jeux de carte, le seigneur des anneaux a été doté de 4 jeux aux mécanismes très différents, je ne me suis pas lancé dans le jeu tiré du film, j’en parlerais donc très rapidement :

• Le Seigneur des Anneaux – Les Sorciers (ICE, 1995, en France Hexagonal) :

Sorti peu après la folie Magic et la ribambelle de clones en tout genre / tout thèmes sortis, celui-ci est un excellent jeu à 2 joueurs, dans lequel chaque participant va former une compagnie autour d’un des Istari, pour ensuite parcourir la Terre du Milieu afin d’engranger des points (donnés par des factions ralliées, des objets, ou des personnages ennemis corrompus ou tués…). À chaque tour, la compagnie se déplace vers un lieu spécifique des terres du milieu, et l’adversaire peut balancer s’il le désire un certain nombre de pourritures à la face pour empêcher son adversaire d’accomplir des actions (un assassin, des trolls, des milliers d’orques, un nazgul, des cartes corruptions…). Le jeu est très intéressant, d’une grande richesse tactiques, mais long, complexe, et demandait à l’époque un sacré investissements financier pour faire un deck gagnant. L’iconographie était tirée du jeu de rôle JRTM, du même éditeur ICE. J’ai encore un gros paquet de cartes qui attendent un jour pour ressortir…À noter que le jeu a vu 2 extensions : Dragons et Sombres séides, dans laquelle on pouvait jouer les méchants. Truc fou : l’éditeur a même sorti en 1997 un jeu Seigneur des Anneaux : l’œil de Sauron dans lequel un joueurs jouait de façon asymétrique avec la compagnie du bien, en formant une compagnie du mal autour d’un nazgul. Génial, mais 2X plus coûteux du coup. Je n’ai connu personne avec un vrai deck Œil de Sauron, mais j’imagine que cela valait le détour niveau confrontation… Cette version avait aussi ses extensions, mais a finalement été peu suivie en français.

SdA les sorciers

• Le Seigneur des Anneaux – JCC (Decipher – 2001):

Suite à la sortie des films, l’éditeur Decipher a sorti un jeu de carte à collectionner en 2001 , illustré avec des photos du film ou des images issues du Weta Workshop (l’atelier qui a fabriqué l’ensemble des objets du film). Le jeu est donc constitué de nombreuses cartes, car chaque film a donné lieu à des extensions de cartes. Je n’y ai jamais joué, donc je ne me prononcerai pas sur la qualité ou l’intérêt du jeu. Le parcours des règles m’a juste laissé à penser qu’il s’agissait d’un jeu touffu, avec de nombreuses capacités de cartes, à l’ancienne dirons-nous.

SdA decipher

• Le Seigneur des Anneaux JCE (French – EDGE / FFG – 2011):

Ce jeu de carte a été le premier d’un nouveau genre, dans lequel plusieurs autres (star wars, warhammer, Horreur à Arkham, Netrunner, Le Trone de Fer 2ème édition) se sont engouffrés : les jeux de carte dit « évolutifs » (JCE en français, LCG en anglais, pour living card game). Pour avoir le jeu complet il ne faut plus acheter 500 paquets recharge comme à Magic l’assemblée, mais juste une extension par mois… Vu que le jeu commence à avoir un âge certain, l’investissement pour les joueurs atteints de complétude aigüe est assez conséquent.

SdA JCE

Mais revenons au jeu. Il propose de vivre une aventure à 1 ou 2 joueurs (il est très bien en solo), dans laquelle on va suivre une trame  narrative simple, qui va nous indiquer les éléments à réussir pour passer chaque étape du scénario (il y en en généralement 3). Il est possible d’y jouer à 3 ou 4 joueurs, mais cela alourdit le jeu, et il faut en plus racheter une boite de base. À son tour, le joueur va piocher puis poser une ou plusieurs cartes de son jeu (qu’il aura préalablement peaufiné pendant des heures… et oui c’est un des aspects passionnant dans ce jeu), avant de partir en quête avec certains de ses personnages. Il y a ensuite une rencontre aléatoire ou événement pourri, puis on regarde si on a réussi la quête ou non pour faire avancer le scénario. Ensuite, c’est baston, avec un mécanisme de défense / attaque qui oblige à prendre des risques, car chaque personnage ne peut agir qu’une fois par tour, on n’en n’a jamais assez ! Et bien sûr on ne peut pas faire de combat avec les personnage qui sont déjà partis en quête…

SdA jeu de cartes

Le jeu est divisé en 1 boite de base, + régulièrement une extension de contexte (avec 3 aventures de base) + 6 petits paquets d’extension (1 tous les mois) avec chacun une aventure. Il existe aussi des extensions de saga, retraçant un épisode particulier de l’histoire du seigneur des anneaux ou du hobbit. Il faut du temps avant de bien maîtriser et comprendre comment interagissent les 4 sphères du jeu : 1 plutôt orientée combat, une autre orientée exploration / quête, une allant vers le soin, et la dernière un peu polyvalente. Les cartes sont très belles et claires, avec un style qui change un peu des classiques mais dans une certaine continuité par rapport aux habituels Howe / Lee / Nasmith. Un des aspects très intéressant du jeu est d’avoir l’impression de faire partie de l’Histoire de la terre du milieu, et la réussite d’un scénario apporte beaucoup de satisfaction, car en solo c’est souvent très compliqué ! À la maison on n’a fait que le premier cycle en entier, uniquement avec 2 sphères du jeu, et 1 autre cycle attend dans sa boite. Autant dire de bonnes parties encore en perspective…

SdA JCE2
La boite de base, les paquets d’aventure du cycle1, et la boite deluxe du cycle 2

•Bilbo le Hobbit : le jeu de carte  (Wallace – EDGE – 2012 ):

Petit jeu de pli auquel je n’ai pas encore joué, il est joliment illustré mais pas d’une originalité folle d’après les retours visibles un peu partout.

Les jeux de plateau

Il y avait déjà eu des tentatives de développer des jeux dans l’univers de Tolkien, des wargames, mais curieusement aucun jeu de société. La sortie des films a par contre vu fleurir de nombreux opus dans de nombreux genres.

• Le Seigneur des Anneaux – Confrontation (Knizia – Tilsit (édition actuelle EDGE / FFG France) – 2000):

Comment faire du neuf avec du vieux ? Sur le principe du Stratego, jeu de stratégie où 2 joueurs avancent leurs unités, sur une carte, sans que l’adversaire ne connaisse la nature de chaque pion, le célèbre auteur Knizia propose bien plus qu’une variante. Chaque joueur a 9 unités (les 9 personnages de la compagnie pour le bien, divers streumons côté ombre), chacune ayant une capacité spéciale, et à chaque tour on avance 1 de nos pions de 1 case, le joueur du bien devant détruire l’anneau (amener Frodon en Mordor) et celui du mal devant éliminer le porteur de l’anneau ou envoyer 4 sbires dans la Comté. Chaque rencontre entre 2 unités se résout au cours d’un combat faisant intervenir 1) la capacité spéciale 2)une carte magie 3)la force de l’unité+carte de force additionnelle. Le faible nombre d’unités et de cases sur la carte conduisent à un jeu extrêmement tactique, tendu. Les déplacements font déjà appel à un certain bluff et prise de risque, mais le summum revient dans la gestion des combat, avec une combinaison de possibilités qui fait encore la part belle au bluff et à de savants calculs…

SdA confrontation

Ajouté que chaque personnage existe en 2 versions (2 capacités différentes, ou parfois un personnage différent comme Gollum ou Sylvebarbe), qu’il est possible d’utiliser des cartes spéciales, que la carte propose aussi 2 éléments d’asymétrisme, et on voit que l’on tient là un jeu pour 2 joueurs tout à fait excellent, à la courbe d’apprentissage importante. Parties de 15-30 minutes.

• Le Seigneur des Anneaux – La Quête (Neugebauer – Tilsit – 2001):

Un jeu très simple, pour 2 joueurs pour des parties de 15-25 minutes. À partir d’un plan de départ, on va poser à son tour une tuile à la Carcassonne en faisant coïncider les côtés par rapport aux tuiles déjà placées, puis on déplace son hobbit sur un terrain adjacent, en y faisant éventuellement une rencontre positive ou négative. Une fois que l’on ne peut pas faire coïncider de tuile dans le plan, on peut placer la montagne du destin, et à ce moment c’est le premier à la montagne qui gagne, ou presque (on compte les points engrangés au cours des rencontres)… et c’est tout. Mineur, mais l’intérêt est de pouvoir y jouer avec un enfant de 6 ans.

• Le Seigneur des Anneaux – Coopératif (Knizia – Tilsit (édition actuelle EDGE / FFG France) – 2001):

Un vénérable ancien, archétype de pas mal de jeu sorti peu après comme les chevaliers de la table ronde ou autres Pandémie un peu plus tard, il a pas mal vieilli mais reste un défi intéressant pour 3-4 joueurs. À chaque tour, le joueur subit une crasse, puis va jouer des cartes pour progresser sur l’une des pistes du scénario en cours : il y en a 4 dans le jeu de base. C’est un jeu de gestion de main de carte, où la coordination et le dialogue entre les joueurs va être primordial. Le matériel est bien fonctionnel, avec des illustrations de John Howe tout à fait magnifiques. Dommage que le jeu soit aussi punitif, avec parfois des cascades d’effets négatifs qui précipitent vers la défaite… Il faut noter que le jeu a vu l’édition de 3 extensions ajoutant des missions alternatives ou supplémentaires et de nouveaux mécanismes et éléments de jeux : Champ de bataille, Sauron, et Forces de ténèbres. Dure entre 1h30 et 2h pour la version normale.

SdA coopératif

• Le Seigneur des Anneaux – Junior (Tilsit – 200):

Un jeu auquel on a beaucoup joué avec les enfants, et c’est bien là son principal (seul ?) intérêt. Il propose à chaque joueur d’endosser le rôle d’un hobbit, et d’aller jusqu’à la montagne du destin pour détruire l’anneau (il y a pas comme un but connu la dedans ?). Si on veut être méchant c’est un jeu de l’oie, où l’on va rencontrer de temps en temps un personnage de la sage ou un petit troll, dans un des lieux emblématique du monde de Tolkien. Les combats se résolvent à l’aide d’une roue que l’on tourne, pour faire perdre des cubes de vie aux monstres. Vers la fin du jeu, un petit mécanisme de bluff donne un peu de relief au jeu, mais au final on finit par latter Sauron en 3-4 rounds de claques dans sa face. Durée 15-20 minutes pour 2-5 joueurs.

SdA junior

• Le Seigneur des Anneaux – Voyage au Mordor (Knizia – EDGE – 2015):

Autre jeu de Knizia, qui aura donc été bien inspiré par le monde de Tolkien, celui-ci est un des plus simples, mais pas des moins intéressant. C’est un jeu de dé rapide autour de 10 minutes la partie, à jouer entre 2 et 4 joueurs. À son tour, le joueur va essayer de faire progresser sa compagnie sur la carte des terres du milieu (avec un bloc de papier et un crayon), en faisant jusqu’à 3 lancers de dés, et en ne gardant que ceux qu’il souhaite. Les faces des 5 dés présentent 6 faces différentes (et le dé noir propose une face unique) Les nazguls font progresser le mal (ah bon ?), les orques empêchent d’avancer, les Gandalf ralentissent les nazgul, les faces communautés éliminent les orques, les faces anneaux permettent d’avancer d’une case… On ne peut garder qu’une seule face d’un type à chacun des lancers, sauf si on obtient l’arbre blanc sur le dé noir. C’est donc un jeu classique de dé type « stop ou encore », enrobé d’une thématique Tolkien. Pas inoubliable, mais sympa, à jouer avec les règles avancées de suite, le jeu de base étant beaucoup plus intéressant.

SdA voyage mordor

• Le Seigneur des Anneaux – Action Quizz (Petersen – Tilsit – 2003):

Un jeu auquel je n’ai joué qu’une fois, avec mes frères et ma femme tous fin connaisseurs de l’univers des films ou de l’univers de Tolkien. C’est un ersatz de Trivial Poursuit assez sympa, à condition de bien connaitre l’œuvre, car comme dans tout jeu de questions si l’on n’a aucune idée de la réponse on va s’ennuyer ferme. L’iconographie est encore une fois très jolie, signée John Howe. Permet de passer un bon moment entre connaisseurs, 1h30-2h pour 4 joueurs.

SdA quizz 2

• Le Seigneur des Anneaux – Le jeu de bataille (Games Workshop – 2001):

Suite aux films, il aurait été étonnant de ne pas voir le géant de la figurine Games Workshop, connu pour ses Warhammer & Co, s’emparer de la licence pour faire plus de sousous. Un jeu d’affrontement de figurines a donc vu le jour en 2001, sur un système de règles propres. L’intérêt du jeu tient dans la diversité et la beauté des figurines, à peindre bien sûr. Une gamme très étendue existe, avec l’ensemble des factions connues du monde de Tolkien, mais aussi des inventions ou créations de peuples décrits très succinctement par Tolkien. Comme souvent avec ce type de jeu, l’intérêt tient autant, si ce n’est plus, au côté hobby du jeu, où l’on va choisir, préparer et peindre ses armées avec une minutie impressionnante, plutôt qu’aux mécanismes ludiques en eux-mêmes.

SdA GW
La retenue habituelle des joueurs de figurine GW…

• La quête des Terres du Milieu (Petersen Konieczka – EDGE – 2009):

Un jeu que je ne connais pas, il dispose de superbes illustrations et d’un superbe plateau, pour ne pas changer une carte des Terres du Milieu, et de très nombreuses cartes. Les retours sont assez mitigés, reconnaissant de bonnes qualités d’immersion au jeu, avec un bon matériel, mais pour des parties nettement trop longues durant lesquelles l’ennui peut pointer le bout de son nez… Un des joueurs joue Sauron, les autres doivent chacun atteindre un objectif secret et aider les personnages connus de la saga. L’intérêt d’une partie tiendrait beaucoup à la capacité de Sauron a imposer une atmosphère et une adversité, comme dans un jeu de rôle. Pour 2-4 joueurs, 3h minimum.

• La traque de l’anneau (Nepitello, Maggi, Mari – Nuts publishing – 2018):

Un jeu récent auquel je n’ai pas pu jouer encore, mais il pourrait bien m’intéresser. Par les auteurs de La Guerre de l’anneau et de la Bataille des 5 armées (voir plus loin), il retrace le voyage de la compagnie réduite (les hobbits, + Gandalf ensuite) dans leur chemin de la Comté à Fondcombe, avec une mécanique type Scotland Yard, la fureur de Dracula ou les Lettres de Whitechapel : 1 joueur joue en secret les hobbits, les autres vont jouer les nazgul sur une carte où l’un devra passer inaperçu quand les autres doivent déduire la localisation des pauvres petits… Les retours montrent un bon engouement autour de ce jeu, mais pour des parties assez longues, minimum 1h30-2, pour 3-4 joueurs.

SdA traque anneau

• Le Hobbit (Knizia – EDGE / FFG – 2011):

Je n’ai pas joué à celui-ci, mais apparemment il ressemble fortement au jeu coopératif du seigneur des anneaux du même auteur : les joueurs vont affronter les périls sur le chemin qui va les mener au trésor de Smaug. La seule différence est que si tous les joueurs peuvent perdre, seul celui qui aura amassé le plus d’objets de valeur et d’or peut gagner la partie. On aime ou on n’aime pas, mais c’est un type de jeu souvent tendu où tout le monde va zieuter les actions de ses voisins de manière suspicieuse… jusqu’à perdre la partie. Pour 2-5 joueurs

Bilbo le Hobbit (Stern Meyers – Tilsit /FFG – 2002):

Jeu parmi les plus simples de la sélection, il s’agit ni plus ni moins que d’un jeu de l’oie un peu amélioré. heureusement qu’il est joli… Pour 2 à 6 joueurs.

• La Guerre de l’Anneau (Nepitello, Maggi, Di Meglio – Tilsit puis Asmodée – 2004):

Jeu avec un matériel énorme, il se situe à mi-chemin entre le jeu de plateau et un wargame fantasy light. Il est asymétrique, avec un joueur jouant les peuples du bien, qu’il va essayer d’unir pour se défendre contre le mal, tout en envoyant la compagnie détruire l’anneau, contre un joueur dirigeant les troupes de Sauron pour écraser les peuples libres des terres du milieu tout en empêchant la destruction de l’anneau. Un des points marquant de ce jeu est son matériel, avec une carte de grande taille et une multitude de figurines, représentant les différentes factions en jeu très fidèlement + les héros de la saga.

SdA guerre anneau

Au niveau du jeu, c’est plutôt stratégique au niveau déplacement / recrutement, mais les combats restent extrêmement aléatoires, avec une présence trop importantes des jets de dés. Par exemple, j’ai déjà pu obtenir une victoire militaire inespérée avec les peuples libres, en envoyant ce que je considérais comme des kamikazes elfes prendre l’Isengard et Dol Guldur le même tour (ces 2 forteresses étant gardées par des troupes 2 fois plus nombreuses) ! Le jeu complet demande encore plus d’investissement temps, mais se révèle passionnant. Chaque partie est différente, mais va raconter une variante de l’histoire que tout le monde connait, et permet aussi de réaliser que les films ne décrivent qu’une petite partie du conflit armé de la fin du troisième age. Une lecture très approfondie des règles est nécessaire pour ne pas faire trop d’erreurs, même s’il existe une version règles « familiales » du jeu. Pour 2 joueurs, avec des parties de 2-4 heures.

À noter une édition grand luxe de ce jeu, pour collectionneurs absolus, avec figurines peintes, superbe boite, et cartes encore plus belle que l’originale. Introuvable à moins de vendre votre anneau unique !

SdA guerre anneaux deluxe

• La Bataille des 5 Armées (Nepitello, Maggi, Di Meglio – Iello – 2014):

Ce jeu proche de la Guerre de l’anneau des mêmes auteurs permet de retracer la bataille éponyme ayant lieu à la fin des aventures de Bilbo le Hobbit. Je n’y ais pas joué mais il serait dans la même veine que La Guerre de l’Anneau, avec des règles un peu plus épurées et des parties un peu moins longues (compter minimum 2h a priori). Les retours sont plutôt très bons. À tester.

SdA battaille 5 armees

• War of the ring (Berg, Barrasch – Simulation Production I – 1977 !!):

C’est un des premier jeux sortis dans l’univers de Tolkien, et c’est le seul vrai Wargame de la liste, avec des pions assez moches, une carte moche, mais par contre une impression de pouvoir réécrire l’histoire propre aux wargames. Je n’y ai pas joué, mais les parties sont longues (3-5h d’après tous les retours que j’ai pu avoir).

SdA wargame

 

Jeux de rôle

Après avoir été une inspiration évidente pour le plus connu des jeux de rôle, Donjons et Dragons (et ses versions avancées et actuelles), un certain nombre de jeux ont vu le jour avec pour toile de fond les mondes imaginés par Tolkien.

• JRTM (ICE – 1986 (VF) 1982 (VO)):

Petite madeleine de Proust pour moi, puisque qu’après 2 parties de donjon mon groupe de joueur de 5ème est passé directement à ce jeu, et nous avons donc arpenté la terre du milieu en large et en travers. Nous n’étions pas spécialement dans l’esprit de Tolkien, même si nous avions tous lu Bilbo et/ou le Seigneur des anneaux. Les Terres du Milieu servaient de lieu géographique pour nos aventures, mais nous mélangions allègrement les époques, et faisions parfois un peu n’importe quoi. Je me rappelle d’une rencontre avec Anatar (= Sauron) ou d’un pillage de la tour de Cirith Ungol.

SdA jrtm

À l’origine, le jeu permet de faire évoluer un groupe de joueurs en l’an 1640 du troisième age. Mais s’il respecte de nombreux aspects du backround originel, de nombreux ajout faisait plus passer ce jeu pour un « Donjons & Dragons dans le monde de Tolkien ». Mon personnage mage du 7ème niveau ridiculisait Gandalf au niveau puissance, et on trouvait du mithril dans n’importe quelle armurerie de grosse citée… Le système de jeu était aussi relativement lourd, mais était sauvé par ses tables de coups critique, qui apportait pas mal de choses lors des combats. À noter un jeu de rôle éphémère du même éditeur ICE reprenant a priori des éléments de JRTM « Jeu d’aventures du seigneur des anneaux en 1991 que je viens de découvrir et dont je ne sais rien…

• Le Seigneur des Anneaux (Decipher (VF par Hexagonal)- 2001) :

un jeu qui a vu une large gamme déclinée suite à la sortie des films, mais peu en français. Je n’y ai jamais joué, je me souviens juste avoir feuilleté des bouquins à l’époque, sans avoir été emballé par quoi que ce soit dedans.

• Tier Age (Jaworski):

Je n’ai pas joué à ce jeu, mais j’aurais bien aimé. Et pour cause, il a été créé par Jean-Philippe Jaworski, bien connu des amateurs de littérature fantasy, et serait très immersif et tout à fait dans l’esprit de Tolkien. En plus de cela il est en libre disponibilité sur le net… Mais il souffre actuellement d’un manque de suivi de la gamme. Le jeu de rôle est un dévoreur de temps, surtout quand on veut développer son propre jeu. Et c’est bien dommage quand on connait le histoires imaginés par l’auteur et le réalisme de ses univers et personnages (Gagner la Guerre, Roi du Monde).

• L’anneau Unique :

jeu à la gamme commerciale bien étendue édité par Fantasy Flight Games / Edge, je n’ai pas eu l’occasion d’y jouer, mais les retours sont bons. Le jeu serait bien immersif et dans l’esprit de Tolkien, avec utilisation de dés spécifiques comme c’était déjà le cas pour les dernières éditions de Warhammer ou de Star wars du même éditeur.

SdA anneau unique

 

• Aventures en Terre du milieu (EDGE 2018)

petit dernier arrivé dans la série (fin d’année dernière), ce livre propose en fait une toile de fond, et permet de jouer avec les règles du système générique de OG de Donjons & Dragons 5. Apparemment très sympa, en tout cas très joli au niveau des livres.

SdA atm

 

Que retenir de tous ces jeux ? Il y en a effectivement beaucoup, surtout si l’on considère que je n’ai pas mentionné les dérivés évident – Monopoly Seigneur des anneaux, Risk seigneur des anneaux et autres Le seigneur des anneaux font du ski – et 2-3 jeux que je suppose mineurs dont j’ai découvert l’existence en faisant ce dossier : Le seigneur des anneaux : le duel (2001), Le seigneur des anneaux : la compagnie (2001) et le Seigneur des anneaux : les deux tours (2002). Dans ma sélection personnelle, les jeux suivants ressortent en tête :

  • jeu solo ou à 2 en coopératif : Seigneur des anneaux LCE
  • jeu à 2 compétitif : Seigneur des anneaux : confrontation
  • jeux à plus de 2 joueurs : le seigneur des anneaux coopératifs, mais la traque de l’anneau semble aussi pas mal.
  • jeu de rôle : je ne tranche pas, n’ayant pas joué à suffisamment de titres dans la sélection.

Dans tous ces jeux, on peut aussi noter la grande qualité des illustrations et souvent du matériel en général. De nombreux jeux ont été illustrés par les auteurs les plus fins connaisseurs de l’œuvre, comme John Howe (4 jeux illustrés) ou Ted Nasmith (3 jeux à son actif), et on se retrouve donc avec une iconographie connue, qui est relayée depuis 20-25 par les éditions françaises des livres de Tolkien ou les différents calendriers Tolkien. Cela renforce l’immersion des joueurs et participe à l’intérêt de ces jeux, peut-être plus que dans la plupart des jeux en général.

Enfin, il faut aussi signaler la sortie prochaine du jeux « Seigneur des anneaux : Voyage en Terres du Milieu » de l’éditeur FFG / EDGE, qui devrait faire un carton : c’est une sorte de jeu d’exploration avec figurines où l’on va incarner un personnage de la saga sur une carte qui se construira au fur et à mesure, on fera des rencontres (les combats se résolvant sur une carte tactique), on fera évoluer son personnage… tout cela géré par une application ! Le futur du jeu pour certain, la limite à ne pas franchir pour d’autres, et pour les connaisseurs peut-être le seul moyen de se démarquer par rapport aux jeux de figurine sur Kickstarter… En tout cas le jeu est magnifique, et la pré-vente en anglais a fait un carton. ET puis le troll est très beau, si c’est pas un argument ça !!

SdA new

14 commentaires

  1. « Le seigneur des anneaux font du ski » ? Faut arrêter de fumer l’herbe à pipe de la Comté !
    Sinon, joli panorama des jeux du marché, bravo.
    Perso, je continue parfois sur le MMORPG du Seigneur des Anneaux Online mais pour les jeux vidéos, il y aurait aussi de quoi faire un gros article.

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ton commentaire. Font du ski ou autre chose hein 😉 ! Il y aurait effectivement pas mal à dire sur les jeux vidéos. Je ne me suis jamais lancé dans le mmo car après WoW j’avais promis qu’on ne m’y reprendrais plus !

      Aimé par 1 personne

  2. Waouh! un joli travail de recherche et de compilation. Je ne pensais pas que le théme serait exploité de manière aussi variée et avec tant de mécanique de jeu différentes. Il y en a quelques uns qui sont déjà fort emballant dans le bref récap. ET je ne serais pas contre la version luxe de la guerre de l’anneau!

    Merci!

    Aimé par 1 personne

    • Oui de nombreux mécanismes sont exploités sur les différents jeux, et la thématisation est souvent bien faite, il faut dire que les illustrations permettent une immersion facile.
      Pour la guerre de l’anneau luxe… comment dire, je viens d’en voir un à 1.450 $ sur ebay 😉
      Content que l’article t’ait plu.

      Aimé par 1 personne

  3. J’ai joué au JCE Seigneur des Anneaux, avec la boite de base, en solo et à deux. A deux c’est super chouette, il y a de chouettes interactions à faire entre les cartes de l’un et celles de l’autre et c’est aussi moins corsé. En solo j’ai laissé tomber car je ne retrouvais pas ce côté interaction. Il doit y avoir moyen d’éviter ça par la construction de deck mais ça prend tellement de temps, j’ai renoncé à mon immense regret pour privilégier Horreur à Arkham où je joue avec 2 personnages. Les cartes sont super belles, rien que les regarder est un plaisir en soi.
    Beau billet !

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ton retour.
      Le Seigneur des anneaux j’y ai joué un peu en solo une fois lors d’un arrêt maladie, c’est très ardu car il faut forcément mixer 2 sphères et le côté deckbuilding en amont doit être assez précis. Je me souviens une aventure épique contre les Trolls au Carrock.
      A deux je préfère avec mon fils, je fais les quêtes il blaste…
      Arkham JCE on n’y a joué qu’une fois avec Célindanae, il faudrait qu’on s’y remette, car ça m’avais bien plu.

      Aimé par 1 personne

    • Effectivement si tu n’aimes pas le thème il vaut mieux passer ton chemin, car c’est justement un des points communs de tous ces jeux : l’univers est omniprésent (illustrations, contexte, créatures et race…), intégré plus ou moins artificiellement à la mécanique du jeu.

      J'aime

  4. Super article ! Pour nous qui commençons à mettre le nez dans les jeux de société c’est parfait d’avoir un récap de tout ce qui se fait sur un thème avec les avantages et les inconvénients. Je vais étudier ça de près (même si on a déjà pas mal de jeux à tester ou exploiter en ce moment ^^)

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ton retour, j’apprécie que ce soit réellement utile à des personnes qui découvrent le jeu. J’ai eu la chance de jouer depuis longtemps, ce qui m’a permis de découvrir plein de choses au fil du temps, et de faire un tri entre le superflu et le classique voire le culte. Pour moi dans la sélection présentée il n’y a pas de culte, mais 4 classiques (le coopératif, le coopératif jeu de cartes, et la guerre de l’anneau, et confrontation). N’hésite pas à me demander si tu as besoin de conseils.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s