Arlis des forains de Mélanie Fazi

Arlis des forains est un roman de Mélanie Fazi publié chez Bragelonne en 2004. Mélanie Fazi est également nouvelliste et traductrice. Elle a notamment a obtenu en 2007 un grand prix de l’Imaginaire pour sa traduction du roman Lignes de vie de Graham Joyce, prix qu’elle a aussi eu dans la catégorie nouvelles en 2005 pour son premier recueil, Serpentine. J’avais ce roman depuis très longtemps dans ma PAL électronique et je suis très contente de l’en avoir enfin sorti et découvert ainsi l’autrice sur le format long.

Arlis a 11 ans et fait partie d’une troupe de forains. Cette dernière s’arrête pour un temps dans une petite ville américaine nommée Bailey Creek. Arlis a grandi avec les forains, mais ignore tout de ses origines. En effet, il a été adopté par Lindy alors qu’il était tout petit et parcourt les routes depuis ce temps en sa compagnie. Lors de son arrivée à Bailey Creek, Arlis va faire la connaissance de Faith, la fille du pasteur. Cette amitié va entrainer Arlis à vouloir en apprendre plus sur ses origines et à pratiquer d’étranges rituels dans les champs de blé avec Faith.

Le roman raconte ainsi la quête d’un enfant pour retrouver ses origines, mais aussi pour avoir une vie normale. Sa vie de forain, que beaucoup d’enfants aimeraient avoir, finit par le lasser. Il va en prendre conscience suite à sa rencontre avec Faith. Le rythme du récit est assez lent mais on se laisse porter par la plume envoutante de Mélanie Fazi et par les mystères qu’elle met peu à peu en place. Le roman appartient au genre fantastique, et il faut dire que Mélanie Fazi excelle dans ce domaine. Elle nous emmène dans une petite bourgade américaine paisible en apparence et dans une époque difficile à situer. Le monde où évolue Arlis est un monde de spectacle, d’illusions, de magie. Cet univers est en totale opposition avec celui d’une petite ville, représentant un monde sédentaire.

L’histoire est racontée par Arlis à la première personne. On a ainsi seulement son point de vue sur tout ce qui arrive. Cela entretient aussi le flou sur ce qui arrive vraiment. Arlis est le cœur du roman mais les personnages secondaires sont vraiment très bien travaillés. Mélanie Fazi joue parfaitement avec les émotions que ses protagonistes nous inspirent et ils apparaissent tous très humains et tous différents. Arlis est jeune, un peu paumé, certainement trop mature parfois (le mauvais côté du récit à la première personne avec des enfants) mais on s’attache rapidement à lui, à ses fêlures.

Le roman s’intéresse au passage à l’adolescence, à la fin de l’enfance, thème cher à Stephen King que l’autrice aime beaucoup. On retrouve certains points communs avec l’auteur américain dans ce roman notamment dans les personnages des forains. Mélanie Fazi décrit avec précision le monde de l’enfance et son imaginaire merveilleux, ainsi que sa confrontation avec le monde des adultes qui apparait triste en comparaison. L’histoire d’Arlis est simple, avec des moments de joie et de tristesse, elle est très émouvante, avec une fin ouverte que j’ai trouvé parfaite pour ce personnage, laissant le lecteur rêver à la suite et répondre à certaines questions.

Arlis des forains est ainsi un livre qui nous entraine dans un voyage fantastique, dans une quête pour ses origines menée par un enfant de onze ans pas comme les autres. La plume de Mélanie Fazi est poétique, fluide et magnifique. Elle crée une ambiance onirique et envoutante où on se laisse porter. Une belle réussite qui donne envie de lire à nouveau cette autrice qui est pour moi une des plus belles plumes du fantastique français.

Autres avis:

Autrice: Mélanie Fazi

Édition: Bragelonne / Folio SF

Parution: 8 février 2013 / 2 septembre 2010

Lorsqu’on a onze ans, le monde est un endroit étrange…
Et quand ce monde se compose d’un ours, de singes savants et de serpents, l’étrange devient le quotidien. Car Arlis est un forain, et sa maison est la route.
Il vit heureux en compagnie d’Emmett et de Lindy, qui dirigent la caravane, de Jared, le cul-de-jatte, d’Aaron et de Katrina. Si seulement Arlis savait ce qu’il fait parmi eux. Car il ignore tout de ses origines ou de sa famille.
Un jour, alors que les forains atteignent la petite bourgade de Bailey Creek, Arlis fait la connaissance de Faith, la fille du pasteur. Ils se lient d’amitié et deviennent complices, au cœur des blés, sous la lune et le vent.
Mais Faith n’est pas non plus une fille comme les autres. Elle connaît les secrets des champs de blés. Elle initie Arlis à d’étonnants sacrifices dédiés à l’épouvantail qui règne en maître sur ces lieux. Autour d’eux plane une présence invisible et effrayante.
Oui, lorsqu’on a onze ans, le monde est un endroit étrange, où peuvent surgir la violence et la mort, et changer votre vie à tout jamais…

5 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s