L’Étrange Histoire de Benjamin Button de Francis Scott Fitzgerald

Avant d’être un film réalisé par David Fincher en 2008, L’Étrange Histoire de Benjamin Button est une nouvelle éponyme écrite par Francis Scott Fitzgerald en 1922. Les éditions Actusf ont décidé de rééditer cette nouvelle dans leur collection Graphic. Les illustrations sont signées Fanny Liabeuf alias Naïky.

Le texte de Fitzgerald est une longue nouvelle, complétée ici par des illustrations pour arriver à environ 120 pages. La trame générale est la même que celle du film où Brad Pitt incarne Benjamin Button, un homme qui naît vieux et rajeunit au fil des années. Mais dans le film, l’époque n’est pas la même, l’histoire d’amour est largement augmentée, ce qui fait que les 2 récits diffèrent grandement.

Tout débute en 1860 à Baltimore avec le couple Button qui s’apprête à accueillir leur premier enfant. Ils choisissent de le faire naitre à l’hôpital plutôt qu’à la maison comme la majorité des gens à cette époque. Mais quelle n’est pas leur surprise quand l’enfant naît avec l’apparence d’un homme de 70 ans, sachant parler. L’enfant est rejeté par tous, ses premières années sont très difficiles pour lui et son entourage jusqu’à que l’on s’aperçoive que son corps semble peu à peu rajeunir de jour en jour. A l’âge de 20 ans, il en parait 50 et rencontre la jeune Hildegarde Moncrief qui aime les hommes mûrs. L’alchimie se fait, le mariage ne tarde pas et la famille accueille un fils Roscoe. Mais l’étrange destin de Benjamin qui rajeunit alors que sa femme vieillit les fait s’éloigner l’un de l’autre.

L’histoire de Benjamin est triste car il est le seul à vivre cet étrange phénomène. Il vit sa vie en décalage complet non seulement par rapport à lui-même mais aussi par rapport aux autres. Au début de son existence, il est rejeté par sa famille qui ne comprend pas ce qui leur arrive. Sa femme ne le comprend pas, il dérange son fils qui ne sait pas quoi faire de lui. Il ne correspond pas à la norme de la société dans laquelle il se trouve et subit de nombreuses discriminations. L’histoire est racontée par un narrateur externe et omniscient qui présente la vie de Benjamin Button à son lecteur. La haute société de la ville de Baltimore de 1860 à 1930 est décrite avec détails par l’auteur et la période de la jeunesse de Benjamin correspond à celle de l’auteur né en 1896.

La nouvelle est centrée sur Benjamin et les personnages secondaires sont assez effacés à part le père de Benjamin au début. Les personnages féminins sont à peine mentionnés, la mère de Benjamin n’apparait même pas, on n’ignore comment elle réagit au phénomène qui frappe son fils. Sa relation avec Hildegarde passe relativement vite. C’est un peu dommage mais cela vient du fait que le texte est une nouvelle et de l’époque où elle a été écrite.

Les illustrations de Naïky sont nombreuses et correspondent très bien à l’histoire et à l’époque où elle se déroule. Elles sont majoritairement en noir et blanc hormis quelques une en couleur. Cela correspond bien avec le côté un peu vieux de l’histoire. C’est la première collaboration de l’illustratrice avec les éditions Actusf. L’ouvrage comprend aussi des dessins d’esquisse et de préparation.

Une nouvelle réussite dans la collection Graphic des éditions Actusf qui nous permet de découvrir la nouvelle qui a servi d’inspiration au film.

Autres avis:Dup,

Acheter ce livre en soutenant les librairies indépendantes et le blog:

Ici

Auteur: Francis Scott Fitzgerald

Édition: Actusf collection Graphic

Parution : 19 novembre 2021

Illustratrice : Naïky

En 1860, à Baltimore, né l’étrange Benjamin Button. Lors de sa venue au monde, il a l’apparence d’un homme de 70 ans… Et plus étrange encore, au fil des années, il semble rajeunir.

.

6 commentaires

  1. J’ai trouvé que c’était une très belle édition, j’ai eu beaucoup d’empathie pour Benjamin mais j’ai été un peu frustrée par l’absence de détails. Comme tu le dis, c’est une nouvelle, donc c’est logique, mais c’est vrai que j’espérais en lire plus ; l’idée est incroyable, ça en dit beaucoup sur le monde extrêmement cruel qui entoure Benjamin, sur la façon dont on profite de la vie, sur l’absurdité de certaines normes sociales… Mais du coup, Fitzgerald lance beaucoup de ficelles que le lecteur doit remonter lui-même^^

    Aimé par 1 personne

Répondre à SuperNova Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s