A dos de crocodile de Greg Egan

À dos de crocodile de l’australien Greg Egan est le numéro 30 dans la collection Une heure Lumière des éditions Le Bélial’. Le texte est traduit par Francis Lustman et appartient au registre de la hard sf. Il s’agit de la deuxième novella de l’auteur publiée dans cette collection après Cérès et Vesta. Ce court roman se situe dans le cycle de l’Amalgame, qui est composé de 3 textes courts dont À dos de crocodile , et d’un roman intitulé Incandescence. Cependant, A dos de crocodile peut se lire sans connaitre le cycle que je n’ai d’ailleurs pas lu.

Le roman se situe dans un futur très très lointain. Les humains ont voyagé dans l’espace, rencontré d’autres espèces, développé des nouvelles technologies. Une civilisation regroupe toutes les espèces intelligentes, elle se nomme l’Amalgame. Les progrès technologiques font que les consciences sont sauvegardées digitalement et envoyées là où on le désire. Par conséquent, la vie peut durer quasiment éternellement, le corps étant presque optionnel, on peut tout à fait choisir de vivre de manière virtuelle. Le temps n’apparait dès lors plus comme un problème, il passe mais ne régit plus implacablement la vie humaine. Il est une simple donnée.

Dans cet univers, l’histoire s’intéresse à un couple, Leila et Jasim, mariés depuis dix mille trois cent neuf ans et fêtant leurs noces de sense of wonder. Ils commencent un peu à s’ennuyer mais pas à se lasser l’un de l’autre. Alors ils décident ensemble de terminer leur vie en beauté, en apothéose. Pour cela, leur regard se porte sur les bien nommés  » Les Indifférents » qui refusent tout contact avec l’Amalgame et refusant l’accès à leur territoire, le bulbe galactique. Des sortes de Suisses de l’espace, poussant le concept à l’extrême. Personne ne sait rien sur eux même s’ils sont toujours vivants. Les Indifférents sont un mystère, un vrai, et même LE mystère. Leila et Jasim vont le résoudre et pouvoir ensuite mourir en paix.

Le roman est régi par le sense of wonder à tous les niveaux. Le temps et l’espace existent mais les espèces s’en affranchissent, tout apparait grandiose, les années semblent des secondes pour nous, les voyages pourraient ressembler à de la téléportation. Tout parait simple mais l’ennui guette tout de même. En développant un univers où les concepts de temps et d’espace ne posent plus problèmes, Greg Egan se tourne vers des questionnements qui apparaissent presque simples: l’amour, le couple, l’ennui, les années passés avec l’être aimé. Le roman reste accessible par ses questionnements et l’émotion qui ressort des deux personnages principaux. Même si certains passages ne sont pas évidents à comprendre et que les explications scientifiques sont assez ardues, on s’attache au couple formé par Leila et Jasim et à leur quête de vouloir comprendre l’inconnu.

À dos de crocodile est une novella de Greg Egan où l’on s’émerveille de l’univers mis en place. Certaines explications sont assez difficiles à comprendre mais l’auteur arrive à nous émouvoir grâce à ses thématiques et ses deux personnages principaux. On ne peut qu’être ébahi par ce que nous propose Greg Egan et avoir des étoiles plein les yeux devant les concepts mis en jeu.

Autres avis: Gromovar, Apophis, Feyd Rautha, Yogo, le syndrome quickson, Yozone, Ombrebones,

Acheter ce livre en soutenant les librairies indépendantes et le blog:

En papier

En numérique

Auteur: Greg Egan

Éditeur: Le Bélial’ collection Une heure lumière

Parution: 20 mai 2021

Les Indifférents sont une énigme. Nichés dans le bulbe galactique central, ils refusent tout contact avec la méta-civilisation de l’Amalgame et ses milliers de cultures extraterrestres ou posthumaines. Les messages qui leur sont adressés demeurent sans réponse, les sondes ignorées, réexpédiées. Un mystère que Leila et Jasim, comme bien d’autres avant eux, font vœu de percer, une entreprise grandiose, le point d’orgue d’une existence tissée de merveilles. Alors seulement, après dix mille trois cent neuf années de vie commune, leur restera le dernier des partages, l’ultime voyage – enfin.

Cette chronique fait partie du challenge estival S4F3

Cette chronique fait partie du challenge Summer Star Wars The Mandalorian

23 commentaires

  1. Tu confirmes mon intérêt pour cette novella malgré ma crainte de la hard-SF. Greg Egan nous offre visiblement un texte encore une fois très humain qui permet de passer au-dessus des éléments éventuellement complexes.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s