L’architecte de la vengeance de Tochi Onyebuchi

La parution de L’Architecte de la Vengeance (Riot Baby en VO) de Tochi Onyebuchi chez Albin Michel Imaginaire est accompagnée de la nouvelle Dommages et intérêts en téléchargement gratuit qui permet de se faire une idée du roman de l’écrivain nigérian américain. L’Architecte de la Vengeance est son premier livre destiné à un public adulte après plusieurs romans Young-Adult. Le roman a été lauréat du World Fantasy Award 2021 et du New England Book Award for Fiction 2020, et également finaliste des prestigieux prix Locus, Nebula et Hugo. Gilles Dumay a choisi d’ajouter à ce court roman deux articles écrits par l’auteur : « Je ne vois pas mention dans votre déposition du fait que vous êtes noir. On ne peut pas construire un monde sans parler des races » et « Je n’ai pas de bouche : et pourtant il me faut hurler. Sur la responsabilité de l’écrivain noir à l’heure des émeutes en Amérique ». Enfin, le livre et la nouvelle Dommages et intérêts ont été traduits par Anne-Sylvie Homassel qui arrive à rendre avec brio la prose de l’auteur.

L’Architecte de la Vengeance est un court roman dont il n’est pas évident de parler tellement il est percutant, et cela dans les différents sens du terme. Le roman est difficile à lire par son sujet, le racisme aux États-Unis, par certaines scènes presque insoutenables. On lit le roman dans un état de quasi apnée, d’une traite, frappé au cœur, au plus profond de son esprit par ce style dépouillé qui va à l’essentiel, par ce cri de rage poussé par Tochi Onyebuchi.

Ella, petite fille noire, a un don : elle sait ce qu’il va arriver aux gens qu’elle croise. Et à South Central, les gens qu’elle côtoie ont un avenir funeste. Surtout en 1992, en pleine émeutes provoquées par l’acquittement des policiers blancs impliqués dans l’affaire Rodney King. C’est là que nait son petit frère Kevin. Puis la famille déménage à Harlem où la mère d’Ella travaille à l’hôpital. La vie est loin d’être facile dans ce quartier où la violence est quotidienne tout comme les arrestations arbitraires. Le don d’Ella est de plus en plus puissant, ce qui met sa famille en danger au point qu’elle décide de partir. Kevin finit par aller en prison pour un braquage raté.

L’architecte de la vengeance est l’histoire de Ella et Kev, de leur parcours chaotique dans une société où ils ne peuvent vivre, où ils survivent au milieu du racisme, de la violence policière, de destins qui semblent tout tracés. Dans leurs parcours, il est surtout question de colère, un peu d’amour dans la relation forte qui les lie entre eux et à leur mère. Ella est une boule de colère, de lave en fusion, rongée par ses visions, par son pouvoir, par la haine qui l’entoure et qui menace d’exploser à tout moment. Si on peut reprocher à Tochi Onyebuchi d’être trop manichéen (tous les flics sont mauvais, tous les noirs sont pauvres, pas de place pour les autres minorités) et assez peu subtil, on ne peut que comprendre son cri de rage, car il s’appuie uniquement sur la réalité.

L’architecte de la vengeance est ainsi un court roman qui va droit au but. Sans fioritures ni nuances, et au travers de l’histoire de deux personnages, montre le racisme aux États-Unis et ce qu’il engendre. Un livre à lire d’une traite pour ensuite y réfléchir car il vous marquera, c’est certain.

Autres avis: Elbakin, Just a word, Fantasy à la carte, l’épaule d’Orion (VO),Gromovar, Yozone, Dup, le maki, Yuyine,

Auteur :Tochi Onyebuchi

Traductrice: Anne-Sylvie Homassel

Éditions: Albin Michel Imaginaire

Parution: 30 mars 2022

Ella a un don. Quand elle regarde un enfant, et avant que son nez ne se mette à saigner, elle sait s’il va devenir infirmier en gériatrie ou s’il va mourir avant l’âge de onze ans, étendu sur un trottoir, les yeux vers le ciel, fauché par l’incompréhensible guerre des gangs qui ensanglante son quartier depuis toujours. Pirus, Crips, Bloods… la violence a tant de noms à Compton. Quand Kevin, son frère, voit le jour en 1992, pendant les émeutes provoquées par l’acquittement des policiers impliqués dans l’affaire Rodney King, Ella sait déjà que sa famille va déménager de la Californie pour Harlem et qu’elle tiendra bientôt dans sa main sa première boule de neige. Mais quitter l’endroit d’où l’on vient ne permet pas toujours d’échapper à la violence et à l’injustice. Ella a un don ; pour elle, pour Kevin, pour l’Amérique, sans doute le temps est-il venu de l’utiliser.

12 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s