Du roi je serai l’assassin de Jean-Laurent Del Socorro

Du roi je serai l’assassin est un roman de Jean-Laurent Del Socorro publié le 16 avril par les éditions ActuSf dans leur collection Bad Wolf. Il se situe dans le même univers que le premier roman de l’auteur Royaume de vent et de colère mais est totalement indépendant. Jean-Laurent Del Socorro continue ainsi de développer cet univers après La Guerre des trois rois. Ce nouveau roman se déroule dans la France et l’Espagne de la fin du XVIe siècle avec l’histoire du personnage de Silas.

Le personnage de Silas n’est pas inconnu des précédents lecteurs des romans se déroulant dans cet univers. Du roi je serai l’assassin va se pencher sur le passé de ce personnage et raconter ce qui l’a amené à devenir un assassin. Les 3 ouvrages qui se déroulent dans cet univers sont vraiment indépendants. Ceux qui les ont lu reconnaitront des personnages mais pour les autres, on peut totalement débuter par celui-ci. Silas a vu le jour à Grenade en Andalousie en 1540 sous le nom de Sinan. Sinan a une sœur jumelle Rufaida et une petite sœur Sahar. Ce sont des morisques c’est à dire des les musulmans d’Espagne qui se sont convertis au catholicisme, mais leur foi véritable reste celle au Coran. Sinan grandit entre un père autoritaire et violent, une mère absente et deux sœurs qu’il aime profondément. Il apprend à se battre et étudie auprès de plusieurs mentors puis ses études vont le mener à Montpellier afin de devenir médecin mais aussi de rechercher la « pierre du Dragon » qui permettrait entre autre aux morisques de se révolter face aux sévices des catholiques.

Au travers du destin de Sinan, c’est l’Europe du XVIe siècle en proie aux guerres de religion que nous dévoile Jean-Laurent Del Socorro. Que ce soit en Espagne ou en France, les hommes sont persécutés pour leur foi. En Espagne, les musulmans n’ont plus de lieu de culte alors que dans le sud de la France, les protestants et les catholiques s’entredéchirent brisant des vies au rythme des décisions du Roi de France. La plume de l’auteur se fait tour à tour didactique et émouvante pour nous conter cette période trouble de l’histoire. On est pris facilement dans ce récit, par ses personnages victimes du destin, le roman se fait très immersif.

Outre Silas, Jean-Laurent Del Socorro nous offre une très belle galerie de personnages que ce soit Rufaida, une femme qui essaye de prouver sa valeur dans un monde d’hommes, Sahar brisée par la violence paternelle, Aïcha préceptrice et protectrice de la fratrie, ou encore Peter, protestant allemand essayant de faire valoir sa foi. Tous ces personnages sont travaillés, émouvants, et sans aucun manichéisme. Ils reflètent les thématiques clés du roman qui sont le féminisme et l’humanisme. L’auteur choisit d’insuffler une part de surnaturel dans l’histoire, mais c’est surtout cette période historique qui est le sujet du roman.

Avec Du roi je serai l’assassin, Jean-Laurent Del Socorro ajoute une pierre à l’édifice de son univers de fantasy historique commencé dans Royaume de vent et de colère. Il s’attarde sur l’histoire dramatique et émouvante de Silas et sur la période des guerres de religion. C’est à nouveau une très belle réussite pour l’auteur avec un roman au ton juste et bouleversant.

Autres avis: Yuyine, Dionysos, le dragon galactique,

Acheter ce livre en soutenant les librairies indépendantes et le blog:

En papier

En numérique

Auteur: Jean-Laurent Del Socorro

Édition: Actusf

Parution : 16 avril 2021

Espagne, Andalousie, XVI e siècle. La Reconquista est terminée. Charles Quint règne sur une Espagne réunifiée et catholique. Sinan est un enfant qui vit avec sa sœur jumelle, Rufaida à Grenade. Musulmans convertis par nécessité à la religion catholique, sa famille les envoi à Montpellier pour échapper à une Inquisition toujours plus féroce. Là bas ils tomberont dans une France embrasée par les guerres de religion…

Mélangeant récit historique et fantasy, Jean-Laurent Del Socorro nous offre une nouvelle fois un grand roman, dans le sillage de Royaume de Vent et de colères avec l’un de ses personnages dans le rôle clef.

19 commentaires

  1. Maintenant que j’ai fini le roman, je peux enfin lire ta chronique ! Et même si oui c’est un one-shot, je trouve important de lire la nouvelle Gabin sans aime avant, sinon la dernière partie semble un peu sortir de nulle part. Enfin, c’est mon avis.
    Par contre, j’ai adoré de bout en bout, c’était un régal ! Je l’ai d’ailleurs lu en moins de 24h. Heureusement que j’étais en congé !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s