Obi-Wan Kenobi

Obi-Wan Kenobi est une mini-série américaine en 6 épisodes, disponible depuis fin mai sur Disney +. Comme son nom l’indique la série raconte les aventures du maître Jedi Obi-Wan Kenobi alors en exil sur Tatooine où il s’est donné pour mission de veiller sur le jeune Luke Skywalker alors âgé de 10 ans. La série se déroule dix ans après La Revanche des Sith et neuf ans avant Un nouvel espoir. On retrouve Ewan McGregor dans le rôle titre mais aussi Hayden Christensen en Dark Vador. Pour compléter le casting : Vivien Lyra Blair (la jeune Leïa), Moses Ingram (la Troisième Sœur) et Indira Varma. La réalisation est de Deborah Chow qui avait signé deux épisodes de The Mandalorian.

L’Empire règne en maître depuis 10 ans suite à la chute de l’ordre Jedi et Obi-Wan Kenobi mène une vie solitaire sur Tatooine. Il va être contacté par Bail Organa pour l’aider à retrouver sa fille adoptive Leïa qui a été enlevée. D’abord réticent, Obi-Wan accepte de secourir la sœur jumelle de Luke. Il aura fort à faire avec la Troisième Sœur Reva Sevander qui veut le capturer pour le livrer à son maître Dark Vador. Le scénario est assez simple et le restera durant les 6 épisodes. La première question qu’on se pose en débutant le visionnage est : est-ce qu’il y avait matière à créer une série à cette époque et sur ce sujet? Une fois la série finie, la réponse est clairement négative. Il faut bien se l’avouer même si on éprouve une grande joie à retrouver Ewan McGregor dans la peau d’Obi-Wan Kenobi 18 ans après les événements de l’Épisode III, l’histoire tient vraiment en quelques mots. Pour des raisons évidentes, la première étant que Obi-Wan et Dark Vador sont des personnages déjà trop connus et qu’il n’y a finalement plus aucun enjeu.  

Pourtant, la série a quelques atouts dans sa manche, à commencer par son casting. Ewan McGregor a toujours autant de charisme, il campe un Obi-Wan hanté par son passé, anéanti par ses erreurs, solitaire, vidé de tout espoir. Il n’est plus que l’ombre de lui-même et à vrai dire, on ne pensait pas qu’il avait fait grand chose pendant ses années d’exil forcé. Ewan McGregor arrive à apporter au personnage plus de profondeur et la série repose presque entièrement sur lui. Surtout que mettre le personnage principal en position de faiblesse est une proposition intéressante. Parmi le reste du casting, la jeune Leïa apporte fraîcheur et émotion dans sa relation avec le jedi, même si 9 plus tard, elle ne semble plus trop se souvenir de lui. Moses Ingram et Indira Varma s’en sortent plutôt bien également. Quand à Hayden Christensen, on le voit très peu ou sous le casque de Vador, ce qui est plutôt une bonne chose.

La qualité des épisodes s’améliore aussi et les deux derniers sont largement meilleurs que les premiers, surtout pour le combat final entre Vador et son ancien maître, duel impressionnant et de toute beauté qui donnera lieu à une scène assez émouvante. Encore faut il passer outre l’étrange capacité de téléportation de certains personnages en particulier la Troisième Sœur, ou la rapidité des voyages…

Cependant, le véritable gros problème de la série est son manque cruel d’enjeux. Chaque élément est connu, on ne craint pour la vie d’aucun des personnages principaux. Il n’y a aucun suspense, aucune tension sur ce qui va se passer. Le destin des protagonistes est connu, on ne se demande même pas comment les événements ont conduit à l’épisode IV puisque tout avait déjà été dit auparavant. L’intrigue apparaît complètement inexistante et tourne essentiellement autour de la relation entre Obi-Wan Kenobi et Dark Vador. Mais on sait déjà qu’ils sont en conflit, que rien ne changera ce fait. Le seul fait nouveau est l’apparition des dangereux inquisiteurs (déjà présents dans Star wars Rebel). L’autre problème est que la série n’apporte rien car elle se situe à une période vue et revue dans d’autres films ou séries. A cela s’ajoute, la sur-exposition de localisation avec encore une fois Tatooine qui apparaît presque comme le centre de l’univers.

Ainsi Obi-Wan Kenobi est une série assez fade malgré un très bon casting. Obi-Wan et Dark Vador sont des personnages déjà trop connus offrant une marge de manœuvre trop faible au scénario. La série ne peut pas s’exprimer vraiment et manque terriblement d’enjeux.

Les points positifs:

  • le casting
  • Ewan McGregor à l’interprétation parfaite

Les points négatifs:

  • aucun enjeu ni suspense
  • toujours et encore la même période, les mêmes endroits
  • des incohérences trop nombreuses

Cette chronique fait partie du challenge Summer Star Wars – Obi-Wan Kenobi

4 commentaires

  1. C’est une série fan service sans autre enjeu de que faire frétiller les fans, ça a complètement marché avec moi 😅
    (d’ailleurs c’est complètement déraisonnable mais je serais presque partante pour un spin-off avec la jeune Leia, elle a tellement de potentiel 🤩)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s