Symposium Inc. de Olivier Caruso

Pour son 33e titre, la collection Une Heure-Lumière consacrée aux romans courts chez Le Bélial’ a choisi un auteur français Olivier Caruso. Symposium Inc. est paru le 26 août et est un des 2 ouvrages les plus longs de la collection avec Vigilance de Robert Jackson Bennett. Olivier Caruso est un auteur habitué du format court et plusieurs de ses nouvelles ont été publiées dans Bifrost.

L’histoire se passe en France dans un monde qui ressemble fortement au notre, mais où quelques progrès scientifiques ont changé la donne. En effet, Stéphane Bertrand a inventé un IRM surpuissant et fondé une technologie qui permet de monitorer et de superviser les taux d’hormones et de neurotransmetteurs humains. Cette invention lui a permis de créer son entreprise appelée Neurotech. Elle a remporté un vif succès et a fait la fortune de son dirigeant. Stéphane Bertrand s’est marié avec Rose, célèbre pianiste, et ils ont eu une fille, Rebecca. Accaparé par son travail, il les voit très peu. Jusqu’à ce que le drame se produise, le jour des 18 ans de sa fille, cette dernière est arrêtée pour avoir assassiné sa mère. Stéphane fait appel à une célèbre avocate Amélie Lua pour défendre sa fille et tenter de lui faire éviter la prison.

La narration alterne entre deux personnages : Stéphane Bertrand et l’avocate Amélie Lua. Celle-ci est réputée pour ne jamais perdre un procès. C’est aussi une ancienne amie de Rose Bertrand. Les deux personnages sont très différents et ont un passif important. Mais tous les deux ont un objectif commun : gagner le procès de Rebecca. Celui-ci s’annonce très difficile, surtout que la jeune femme a agi le jour même de ses 18 ans, ce qui fait qu’elle est pénalement jugée comme une adulte avec la médiatisation qui va avec. Le roman suit l’enquête menée par l’avocate pour essayer de comprendre ce qui a pu se passer et pourquoi la jeune fille a agi en ce jour si symbolique de ses 18 ans.

En fait, il y a aussi un troisième narrateur très présent dans le roman : les réseaux. Ils ont accru leur puissance et sont devenus incontournables au point d’être le point principal pour influencer l’opinion publique et ainsi juger par avance la culpabilité ou non des personnes. Les commentaires provenant des réseaux sociaux sont donnés entre parenthèses tout au long du texte un peu à la manière d’une voix off, montrant ainsi l’évolution de l’opinion publique concernant l’affaire.

Le roman est marqué par une ambiance de film judiciaire hitek avec une enquête menée par une avocate, des technologies et une médiatisation omniprésentes. Cette atmosphère est très bien mise en valeur, on se laisse prendre par les fils de l’intrigue tissée par Olivier Caruso et les différents rebondissements. Le lecteur n’a aucun mal à s’imaginer comment les réseaux et les sciences s’entremêlent. Le roman a un aspect très visuel, presque cinématographique, encore plus mis en évidence par le style très direct de l’auteur. On imagine très bien Amélie Lua sous les traits d’Audrey Fleurot avec ses cheveux roux. Olivier Caruso utilise le présent pour son récit. Ce temps met encore plus en avant l’importance des réseaux dans un monde en constante évolution et où l’information est instantanée.

Les technologies mises en scène dans le roman vont très loin, et, en permettant de soigner des individus, elles sont capables de remodeler leur personnalité. Cela permet à Olivier Caruso d’aborder des questionnements liés à la science et à l’éthique. Avec de tels progrès médicaux, on peut se demander où se situe vraiment le libre-arbitre d’une personne, mais aussi sa responsabilité dans ses actes criminels. Ces questions sont mises en évidence par le procès de la jeune Rebecca Bertrand qui montre toutes les dérives possibles des progrès scientifiques et des réseaux sociaux.

Symposium Inc est ainsi un roman qui choisit l’anticipation pour parler de thématiques très actuelles comme la manipulation par les médias, les avancées technologiques et la notion d’éthique. Le récit est très prenant avec une part d’enquête assez importante. A nouveau une belle réussite pour la collection Une heure lumière!

Autres avis: Le chroniqueur, FeydRautha, Quoi de neuf sur ma pile ?, Ombrebones,

Acheter ce livre en soutenant les librairies indépendantes et le blog:

En papier

En numérique

Auteur : Olivier Caruso

Édition: Le Bélial’ collection Une heure lumière

Parution: 26/08/2021

Le jour de ses dix-huit ans, Rebecca Bertrand a commis l’irréparable. Au couteau. Dans un déferlement de violence rien moins qu’effroyable. Rebecca Bertrand, fille de Stéphane Bertrand, ce génie des neurosciences en passe de révolutionner la biotechnologie à l’échelle du monde avec sa firme Neurotech. Que s’est-il passé dans la tête de Rebecca pour se livrer à une telle atrocité ? Le jour de sa majorité ? Sur sa propre mère ? C’est tout l’enjeu du procès en passe de s’ouvrir, et ce qu’Amélie Lua, charismatique ténor du barreau, devra découvrir. Et vite, si elle veut éviter la perpétuité à sa cliente. Car déjà la vox populi des réseaux sociaux omniprésents a rendu son verdict… et quelque part, dans les secrets du cerveau malade d’une jeune femme, entre la pianiste assassinée, le scientifique révolutionnaire et l’avocate en quête d’absolu, patiemment, une araignée tisse sa toile…

Cette chronique fait partie du challenge estival S4F3

12 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s