Simulacres martiens de Eric Brown

Pour sa 35ème parution et première de 2022 dans la collection une Heure Lumière, les éditions Le Bélial’ ont choisi Eric Brown, un auteur qui avait eu les honneurs de leur collection « Pulps » avec Les ferrailleurs du cosmos . Simulacres Martiens est un pastiche s’inspirant à la fois de Sherlock Holmes et du roman de H. G. Wells La Guerre des mondes. Pour l’occasion, on peut aussi retrouver une nouvelle, La Tragique Affaire de l’ambassadeur martien, se déroulant dans le même univers que le récit du Bifrost 105. Ces deux titres précèdent un roman non traduit pour le moment (mais on croise fortement les doigts pour que Le Bélial’ s’y atèle), intitulé The Martian Menace.

Tout débute en 1907 à Londres. 10 ans auparavant, la grande invasion martienne a eu lieu telle que l’a décrite HG Wells dans La Guerre des mondes. Cependant, quelques temps plus tard, d’autres Martiens ( vaccinés contre les virus de la Terre, ça aide) sont arrivés sur la planète bleue. Ces derniers sont pacifiques et ont pour but de nouer des relations saines et fructueuses avec les humains. Ils font partager à la Terre leurs technologies et proposent des voyages vers Mars en un temps record. Ils reçoivent d’ailleurs les personnalités les plus éminentes de la Terre sur Mars. Les envahisseurs martiens ont installé des tripodes et des ambassades sur Terre.

Sherlock Holmes et son fidèle acolyte le docteur John Watson ont aidé les martiens dans une précédente affaire, la fameuse Tragique Affaire de l’ambassadeur martien. Gruvlax-Xenxa-Schmee, vice-ambassadeur de Mars à Londres vient solliciter l’aide du célèbre détective pour résoudre l’enquête sur l’assassinat d’un philosophe martien très connu. Cependant, les deux hommes doivent se rendre sur la planète rouge pour investiguer, ce que les Holmes et Watson acceptent assez vite.

Eric Brown reprend les codes des 2 univers, et fait logiquement du docteur John Watson le narrateur de son histoire. Holmes a appris la langue martienne ainsi que l’histoire de la planète. Il reprend aussi la chronologie et les extra-terrestres imaginés dans La Guerre des mondes. Les deux univers se marient avec beaucoup de réussite dans un esprit proche du pulp.

Ces aventures de Sherlock Holmes et du docteur Watson comportent assez peu d’investigation, mais beaucoup de rebondissements et d’actions. On se laisse facilement entrainer dans ce voyage vers la planète rouge, vers une visite guidée menée tambours battants. Les différentes technologies mises en place font penser au merveilleux scientifique, et donnent un petit côté rétro fort sympathique. Toutefois, la novella laisse un peu sur sa fin car celle-ci est très ouverte, en prévision du roman. On peut se laisser aller à l’imaginer, ce qui est assez plaisant, mais on espère pouvoir le lire bientôt.

Simulacres Martiens est ainsi un court roman qu’on déguste comme une friandise. L’aventure est au rendez-vous et le mélange des deux univers fonctionne plutôt bien. Alors n’hésitez pas à prendre votre ticket pour Mars!

Autres avis: Lutin 82, Xapur , Gromovar , le nocher des livres, Ombrebones, Le Syndrome de Quickson, L’épaule d’Orion, Boojum,

Acheter ce livre en soutenant les librairies indépendantes et le blog:

En papier

En numérique

Auteur: Eric Brown

Traduction: Michel Pagel

Éditeur: Le Bélial’

Parution: 20/01/22

Londres, 1907. Dix ans après la reddition terrienne.
Alors que l’humanité vit sous la férule de ses conquérants, Gruvlax-Xenxa-Schmee, vice-ambassadeur de Mars en Grande-Bretagne, vient frapper à la porte du 221b, Baker Street. Il faut dire que l’affaire est d’importance, et quand les maîtres de la Terre vous réclament, se dérober n’est pas une option. Ainsi le docteur Watson et le plus célèbre des enquêteurs humains, Sherlock Holmes, se trouvent-ils propulsés au sein d’une enquête épineuse, dans les méandres désertiques de la Planète Rouge, avec pour compagnon nul autre que l’impétueux professeur Challenger. Leur mission ? Résoudre une énigme improbable et assurer la paix entre les mondes. À moins qu’un terrifiant secret ne se dissimule derrière les intentions prétendument louables des nouveaux seigneurs de la Terre. Car après tout, sur Mars, les apparences peuvent s’avérer trompeuses…

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s