Toutes les saveurs de Ken Liu

Ken Liu est le second auteur avec Lucius Shepard à se voir accorder les faveurs d’une troisième publication dans la collection Une Heure Lumière des éditions Le Bélial’, après l’excellent L’homme qui mit fin à l’histoire en 2016 et Le regard en 2017. Toutes les saveurs est une novella écrite par l’auteur en 2012 et traduite par Pierre-Paul Durastanti.

L’histoire se passe à Idaho City en pleine conquête de l’ouest américain. Ne vous attendez pas pour autant à une version western avec des tirs de pistolets à tout va, même si plusieurs ingrédients du genre sont présents. Comme la fièvre de l’or, l’action se déroule quelques temps après la fin de la Guerre de Sécession. Le roman narre la rencontre entre Lily, la jeune fille d’une famille américaine, et des travailleurs chinois. Elle va se lier d’amitié avec eux et en particulier avec Lao Guan renommé Logan par les habitants locaux. La jeune fille va apprendre à les connaitre, à mieux cerner leur culture, leurs légendes et leur cuisine grâce à leurs plats dont les odeurs reflètent les saveurs inconnues pour elle.

Ken Liu alterne les chapitres centrés sur Lily et Lao Guan, et les histoires racontées par ce dernier et évoquant les légendes du dieu de la guerre Guan Yu. Lily et son père sont beaucoup plus ouverts aux autres cultures que les habitants locaux, à commencer par la mère de Lily pour qui les étrangers sont perçus comme des barbares. Les récits sur le dieu de la guerre apportent un peu d’imaginaire à cette histoire, plutôt ancrée dans la dure réalité de l’histoire. Pourtant, la tonalité générale du roman parait presque avoir un certain optimisme notamment dans toutes les scènes entre la jeune fille et Lao Guan. Le récit se fait intimiste par moments, et toujours très humain avec beaucoup d’émotions.

En parlant de l’installation des premiers immigrés Chinois en Amérique, Ken Liu évoque les difficultés rencontrées par ces derniers, ainsi que l’accueil qui leur a été réservé, loin d’être des plus bienveillant bien au contraire. Le racisme apparait clairement dans l’histoire de ces travailleurs ayant parcouru des milliers de kilomètres en espérant trouver fortune loin de chez eux. Cependant, en évoquant les traditions, les légendes et la cuisine chinoise, l’auteur nous fait connaitre d’autres facettes de cette période.

Toutes les saveurs est ainsi un beau texte à la tonalité douce amère. Le roman est assez différent des autres oeuvres de Ken Liu mais séduit par son côté mélange des cultures, légendes et quête des saveurs.

Voir: Entretien avec l’auteur

Autres avis: Le Syndrome Quickson, Elbakin., Yogo., Gromovar (V.O.), Ombre Bones, Les Blablas de Tachan, Yuyine, Outrelivres,

Acheter ce livre en soutenant les librairies indépendantes et le blog:

En papier

En numérique

Auteur: Ken Liu

Traducteur : Pierre-Paul Durastanti

Édition: Le Bélial’

Parution: 20 mai 2021

Idaho City, en pleine fièvre de l’or.
Les temps sont à la conquête. De l’Ouest, bien sûr. De la fortune, surtout… Prospecteurs, commerçants, banquiers, filles de petite vertu, bandits et assassins s’agrègent en une communauté humaine au goût de mauvais whisky et à l’odeur de poudre. Et puis il y a ce petit groupe de prospecteurs chinois. Qui vivent entre eux, s’entassent dans des baraquements minuscules, et font planer sur la ville les effluves de leur cuisine aux saveurs aussi épicées qu’inconnues. Lily, la fille de leur propriétaire, est fascinée par ces étrangers aux coutumes impénétrables. Et par l’un d’entre eux en particulier, un géant au visage rouge et à l’immense barbe, Lao Guan, qui lui apprend les mystères du wei qi et lui raconte des récits stupéfiants, les aventures de Guan Yu, le dieu de la guerre, de Lièvre roux, son cheval de bataille, et de Lune du dragon vert, sa fidèle épée. Guan Yu, qui fait face à l’injustice et à la trahison dans cette Chine impériale fabuleuse. À l’image de Lao Guan, dans cette Amérique en gestation…

Cette chronique fait partie des challenges:

du projet Ombre

Et du le Challenge estival S4F3

16 commentaires

  1. Jolie chronique qui souligne bien le côté très humain et élégant de cette novella un peu différente dans l’oeuvre de Ken Liu. Quel que soit le genre, il est un conteur né.
    Merci pour le lien d’ailleurs.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s