Lord Cochrane et le trésor de Selkirk – Gilberto Villarroel

Lord Cochrane et le trésor de Selkirk est le troisième tome d’une série qui a commencé avec Cochrane versus Cthulhu, et qui narre de manière légèrement décalée la vie de Lord Cochrane, navigateur et pimpant anglais ayant parcouru le monde et vécu une vie hors du commun au début du 19ème siècle. Les événements décrits dans ce livre se situent chronologiquement entre le premier et le second tome, et s’intéressent à la période de Cochrane post-indépendance du Chili, avant qu’il ne devienne amiral pour le Brésil.

On découvre au début du livre un certain nombre de personnages connus des précédents tomes : Cochrane bien sûr, accompagné de son acolyte français le capitaine Eonet, les soldats anglais ayant survécu à l’épisode de Fort Boyard, mais aussi plusieurs nouvelles têtes qui profitent de la vie à Valparaiso au Chili, entre le port et le nouveau navire de Cochrane, le vapeur Rising Star. Mais très vite le cours de l’histoire rattrape les personnages, par la survenue d’un tremblement de terre et d’un tsunami qui vont semer la destruction dans la ville et dans la vie des personnages. C’est le moment que trouve Cochrane pour donner sa démission au dirigeant du Chili, auquel il vient de sauver la vie, en échange de quoi celui-ci lui révèle l’existence d’un trésor qui aurait été caché par le marin Selkirk, trésor découvert quelque part au sud du Chili, et caché on ne sait où…

Le scénario est assez entendu, ne réserve pas beaucoup de surprises, mais on prend toujours plaisir à suivre les aventures et les découvertes de Cochrane. Face à un héros chevaleresque comme lui, Gilberto Villarroel a imaginé un nouvel adversaire de taille, en la personne de l’ancien marin Corrochano, qui a déjà été confronté à Cochrane lors d’une course poursuite dans le Pacifique. Corrochano est un homme cruel, qui est devenu pirate suite à ces mésaventures, et en veut donc à Cochrane pour cela. Il s’est proclamé capitaine de l’Aguila, navire supposé détruit faisant un très bon vaisseau fantôme, et est accompagné d’un équipage de forbans très peu décrits dans le livre, mais globalement très méchants et plutôt stupides. Les autres nouveaux personnages sont Mrs Graham, veuve cultivée installée au Chili, son cousin Glennie qui soufre d’une affection le rendant faible, et le jeune Jack Belt, indigène de le terre de feu fugitif rescapé d’une condition d’esclave sur un baleinier. On fait aussi la connaissance de William Cochrane, frère de Lord Cochrane, un peu effacé devant son frère. Tout ce petit monde va donc partir à l’aventure, dont le point de départ sera donc l’île où fut abandonné Selkirk, histoire qui a par ailleurs inspiré Daniel Defoe pour son roman Robinson Crusoë.

L’histoire va donc enchaîner les rencontres et péripéties, pour en fait mettre en place ce que l’on imagine nettement plus grand et dangereux dans le second tome : l’exploration d’un lieu appelé les montagnes hallucinées. Ce tome fait en fait un peu trop penser à une introduction au tome suivant, présentant les protagonistes et les enjeux, mais a du mal à se lire seul. Heureusement que j’ai pu enchaîner très vite sur le tome2, sans quoi celui-ci aurait vite disparu de ma mémoire. Le style de l’auteur est sympathique, mais on assiste comme sur les 2 précédents opus à des répétitions qui ont le chic pour casser le rythme. Les périphrases pour parler de Cochrane sont aussi toujours les mêmes, et à force deviennent un peu lassantes. Les chapitres sont très courts et ont tendance à hacher la narration. Heureusement certains passages sont très réussis, comme celui sur les îles ou en terre de feu, avec ce qu’il faut de mystérieux ou d’inquiétant pour maintenir le lecteur en éveil.

Avec ce troisième tome, situé chronologiquement entre le premier et le deuxième déjà paru aux éditions Aux forges de Vulcain, Gilberto Villarroel offre une nouvelle fois à son héros Cochrane de vivre des aventures hors du commun. Cependant, ce tome est pour moi en dessous des deux précédents, il manque de rythme dans toute la première moitié du livre, et se présente trop comme le premier tome d’une duologie. Pour les amateurs de l’aventurier il propose de découvrir le périple de Cochrane après avoir participé à l’indépendance du Chili ainsi que du Pérou. Le spectre de l’occulte gravite autour du roman, et semble obséder Cochrane, mais pour en savoir plus il faudra attendre la sortie de la suite début février 2023 !

Autres avis: Laird Fumble,

Auteur: Gilberto Villarroel

Éditions: Aux forges de Vulcain

Parution: 17/06/22

Traduit de l’espagnol par Jacques Fuentealba.

Le marin le plus audacieux de tous les temps revient pour une nouvelle aventure.Chili, 1822. Tremblement de terre et raz-de-marée à Valparaíso. Lord Cochrane, amiral de la flotte chilienne, sauve la vie du général Bernardo O’Higgins. En guise de remerciement, le général lui révèle que sur l’île principale de l’archipel de Juan Fernández, le corsaire Alexander Selkirk a caché en 1704 un trésor que personne n’a pu retrouver. Tout indique que le trésor est une relique que Selkirk a apportée avec lui d’une région du détroit de Magellan que les aborigènes appellent les Montagnes Hallucinées. Cet endroit aurait été la première demeure sur Terre d’un dieu venu des étoiles, l’immortel Cthulhu. Intrigué, Lord Cochrane part pour Juan Fernández avec son amie Maria Graham et le capitaine Eonet. Il est aussi poursuivi par un de ses vieux ennemis, le capitaine Gervasio Corrochano, un ancien officier de la marine espagnole qui commande désormais un bateau pirate, l’Águila. Cochrane est de retour pour élucider un ancien mystère et affronter de nouveaux dangers, cette fois dans les eaux dangereuses du Pacifique !

6 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s