Ou ce que vous voudrez de Jo Walton

Ou ce que vous voudrez est un roman de Jo Walton publié chez Denoël collection Lunes d’Encre en septembre 2022. La traduction est de Florence Dolisi. Le roman est paru en 2020 sous le titre Or what you will. C’est un roman plutôt inclassable qui nous fait voyager à florence entre le présent et un monde imaginaire. La superbe couverture est signée Aurélien Police.

Sylvia Harrison a soixante-treize ans, elle a écrit de nombreux romans de fantasy et a obtenu de nombreux prix. Suite à la perte de son mari quelques temps auparavant, elle décide d’aller s’installer à Florence pour écrire un dernier livre. Dans ses romans, elle a créé Thalia, une ville jumelle imaginaire de Florence à l’époque de la Renaissance. Cette ville et son univers, un monde de fantasy qui s’appelle Illyrie, existe depuis longtemps dans l’imaginaire de Sylvia, depuis la première trilogie qu’elle a écrite. Mais elle ne fait pas ce voyage seule, elle est accompagnée par son ami imaginaire qui n’a pas de nom mais qui a toujours été là dans l’ombre. Il a été un personnage dans chacun de ses récits et il sait qu’il disparaîtra en même temps que Sylvia. Il refuse ce fait, ne voulant pas simplement vivre au travers des livres de Sylvia mais pour toujours.

Il s’adresse ainsi au lecteur pour lui raconter tout un tas de choses. Et il est bavard, très bavard. Il nous parle de l’ Illyrie, de Thalia, des personnages qui y vivent et qui viennent des pièces de Shakespeare. Il évoque aussi ce que fait Sylvia à Florence en dehors de l’écriture, du passé de Sylvia avec ces joies et surtout ses peines. Toutes ces histoires s’entremêlent entre elles, parfois dans un même chapitre, parfois un chapitre concerne une seule des trames.

Ou ce que vous voudrez est très référencé. William Shakespeare, la ville de Florence, l’Imaginaire sont au centre du roman. On retrouve des analyses et critiques sur des œuvres, des références à des conférences ou salons liés à l’Imaginaire. Le roman parle du processus créatif, de comment le passé d’une personne, de ce qu’elle a vécu, influe dans son imaginaire. C’est une plongée dans les mécaniques de la création. Certains passages sont vraiment passionnants à découvrir mais d’autres beaucoup moins. Le mélange de toutes les trames est parfois difficile à suivre, au point que par moments on se détache d’une des intrigues. Le roman donne terriblement envie de se rendre à florence, d’y flâner, de manger dans les restaurants dont parle l’autrice. Il propose de nombreux questionnements aussi sur la création, l’imaginaire, ce qui reste d’un roman une fois entre les mains des lecteurs. Cependant, je ne me suis pas sentie transportée par le livre, sans doute par manque d’implication dans l’intrigue en Illyrie. Les passages sur Sylvia m’ont plus marquée, tout comme ceux sur l’histoire de la ville. J’ai trop eu l’impression que l’on ne savait pas vraiment où le récit allait.

Ou ce que vous voudrez est ainsi un roman inclassable, une lettre d’amour au pouvoir de l’imaginaire, à la ville de Florence et à la littérature. Le récit mêle plusieurs trames entre la vie présente et passé de l’héroïne et de ses romans. Le narrateur est un ami imaginaire du personnage principal qui aime à brouiller les pistes. Le roman est tour à tour passionnant, mais aussi lent et long. Il contient de belles réflexions sur la création, de beaux moments mais reste assez difficile d’accès.

Autres avis: Vert, Le dragon galactique, Un dernier livre avant la fin du monde, Ombrebones,

Autrice: Jo Walton

Éditions: Denoël Lunes d’Encre

Parution : 07/09/2022

Traduction:Florence Dolisi

À soixante-treize ans, Sylvia Harrison est une autrice à succès ayant déjà publié plus d’une trentaine de romans. Le prochain se déroulera à Thalia, une cité qui ressemble beaucoup à Florence et qu’elle a imaginée pour la trilogie qui a lancé sa carrière. Afin de nourrir son inspiration, elle se rend en Italie et va, une nouvelle fois, faire appel à lui. Lui ? Il apparaît dans presque tous ses romans. Il a été dragon, voleur, guerrier et même dieu. Il est celui grâce à qui Sylvia a créé ses personnages les plus marquants. Celui à qui elle parle en son for intérieur depuis des décennies. Celui qui l’a sauvée, qu’elle a chassé, qu’elle a accueilli de nouveau. Celui qui s’éteindra avec elle, lorsqu’elle décédera. S’éteindre ? Ça, il ne peut l’accepter. Histoire trépidante, méditation sur la réalité et la fiction, Ou ce que vous voudrez est une magnifique lettre d’amour à Florence, à la Renaissance et à la littérature.

15 commentaires

  1. L’autrice semble décidément fortement marquée par Florence qui était déjà bien présente dans le seul livre que j’ai lu d’elle (Mes vrais enfants). C’est la première chronique que je lis sur ce livre et ton avis mitigé ne le place pas en tête de mes priorités. Il semble intéressant sur certains points, mais si ça étouffe trop l’histoire, je ne suis pas sûre d’accrocher plus que ça.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s