Grand centre – Léafar Izen

Grand centre est le premier roman de Léafar Izen. Ce dernier vient de rééditer ce roman avec une préface de Renaud Guillemin qui m’a gentiment envoyé ce livre. Grand centre est un court roman d’anticipation assez différent des autres livres de l’auteur.

L’univers mis en place par Léafar Izen est assez sombre. Il se déroule dans un avenir proche en France, où une catastrophe a eu lieu. On sait peu de choses sur cette dernière, ni sur la période où tout ceci se passe, pas plus que sur le reste du monde. Même si j’aurai aimé en savoir plus, cela ne gène pas pour se faire une idée du monde. La société française est divisée en deux : le Grand centre qui est une zone sécurisée où la vie ressemble au monde d’avant, et de l’autre côté la zone des enfermés dehors pour qui la survie est difficile. Peu de personnes passent d’une zone à l’autre, sauf pour un éventuel commerce, sinon toute sortie est définitive. Les agents de réassort ont la possibilité de passer d’une zone à l’autre pour des échanges liés au commerce.

Félix Levensky est un de ces agents. Il a un passé très sombre lié à des meurtres et la vengeance. Léo Martin, un ancien policier, avait réussi à le coincer mais l’avait délibérément laissé partir. Depuis, les deux hommes sont devenus des amis proches. Léo mène une vie à la limite de la légalité au sein de Grand centre, tandis que Félix s’est lié avec Lisa et ses deux jeunes enfants qui sont des enfermés dehors. Cependant, la découverte d’une vieille photo va raviver le passé de Léo autant que ses désirs de vengeance.

Le début du roman prend la forme d’un thriller dans un monde post-apocalyptique proche d’une dystopie. L’histoire se suit facilement et on se prend au jeu, en suivant ces deux personnages écorchés par la vie. Puis un changement a lieu vers la fin, remettant pas mal de choses en cause et faisant se questionner le lecteur sur la réalité. C’est vraiment bien fait et assez inattendu. Comme le roman est court, il se prêterait volontiers à une seconde lecture au moins pour certains passages pour affiner certains éléments.

Grand Centre est ainsi un premier roman très intéressant à lire. Même si l’univers est assez peu développé, l’histoire est prenante, oscillant entre thriller, anticipation, post-apo avec un peu de questionnements philosophiques. Tout ça dans un roman de moins de 200 pages!

Autres avis: le maki, l’épaule d’Orion,

Auteur: Léafar Izen

Édition: Mézigue éditions

Parution: 31/10/2021

Dans la zone sécurisée Grand Centre, des citoyens reclus vivent dans une pâle imitation du monde d’avant. Félix, agent de réassort, est un des rares habitants autorisés à s’aventurer hors zone. Léo, ex-enquêteur de la Commission Mémoire et Vérité, est aujourd’hui un homme déchu, décadent et passablement loufoque. Lisa et ses jeunes enfants, des “enfermés dehors”, occupent une place particulière dans le cœur blessé de Félix. Des années après la catastrophe, une photographie jaunie va remettre le feu aux poudres et ressusciter d’anciennes velléités de vengeance. Au cœur de la nuit où nous suivons Léo, au fil du road-movie de Félix au volant de son «cloporte», on s’attache à ce binôme improbable. Léo et ses frasques, Félix et son aura fantomatique qu’épaissit le souvenir… Polar d’anticipation, dystopie post-apocalyptique, ou énigme existentielle ? Probablement tout cela à la fois. Quelle mystérieuse lumière se tient finalement au bout de ce roman qu’on aurait cru noir comme un tombeau ?

Cette chronique fait partie du Challenge S4F3 2022

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s