Demain le jour – Salomon De Izarra

Salomon de Izarra dispose de plusieurs cordes à son arc. Il est professeur et prépare également une thèse sur l’écriture de l’enfermement, en plus d’être guitariste dans un groupe de black metal symphonique. La thématique de l’enfermement est présente dans ses écrits, en lien avec celle de la folie : Nous sommes tous morts (Rivages, 2014) et Camisole (Payot & Rivages,2016). Son nouveau roman, Demain, le jour paraîtra chez Mnémos collection Mü à la fin août et on y retrouvera ses thèmes de prédilection dans un roman fantastique.

L’histoire commence en 1936, une période trouble de l’histoire prise entre deux guerres et les terribles répercutions qu’elles ont laissées. Dans les Vosges, un train fait la liaison vers l’Allemagne mais n’arrivera jamais à destination. Un terrible accident se produit dont ne sortiront indemnes que trois personnes : 2 hommes et une femme. Ils vont parvenir à trouver refuge dans un village tout proche, perdu au milieu de la forêt et des montagnes. Mais l’endroit va vite s’avérer plus dangereux que salutaire quand le maire va leur expliquer les événements survenus dans les dernières semaines.

Le récit est raconté par les 3 survivants de l’accident de train, sous la forme de journal écrit ou enregistré. Chacun des personnages va à la fois expliquer ce qui se produit et se pencher sur son passé. Ce mode de narration permet de bien connaître chacun des protagonistes et de voir les différents points de vue, tout en essayant de lier les événements entre eux. Les trois personnages apparaissent vite très différents : Paul Rudier est un manipulateur, parti de rien mais s’avère vite central et très intéressant à suivre. Suzanne Garcin est une jeune journaliste qui essaye de se faire une place dans un monde qui ne veut pas vraiment d’elle. Armand Létoile est un homme marqué par la vie, par son passé, il amène beaucoup d’émotions dans l’histoire. Un quatrième personnage vient se greffer à l’intrigue, dont je ne dirai rien pour ne pas divulgâcher. Tous ces personnages sont très bien écrits et crédibles, on les suit avec plaisir et on a envie de savoir ce qui va leur arriver. On arrive aussi à s’identifier à eux par certains aspects de leur personnalité.

Un autre point fort du roman est l’ambiance si particulière créée par l’auteur. Les Vosges, avec leurs vastes forêts, les petits villages perdus au milieu de nulle part, offrent un cadre idéal pour cette histoire basculant dans le fantastique avec une pointe d’horreur. Les personnages sont enfermés dans ce bourg et cherchent à comprendre ce qu’il se passe et à en sortir. Le huis-clos est très bien mis en scène, la tension montant peu à peu avec des scènes très angoissantes. Salomon de Izarra tire également brillamment parti du fait d’avoir situé son récit en 1936 en intégrant parfaitement le contexte historique dans son histoire. On sent aussi dans ce roman plusieurs influences: celle de Lovecraft dans la manière de faire se raconter les personnages et dans la thématique précise d’un des protagonistes, celle de Stephen King dans la montée de la tension et de l’angoisse, mais aussi des références aux années 30.

Demain, le jour est ainsi un roman passionnant, une véritable réussite dans le domaine du fantastique. Salomon de Izarra arrive à créer un climat véritablement angoissant autour de personnages crédibles et très bien construits. La thématique de l’enfermement est traitée sous divers angles à la fois général et introspectif. Je suivrais avec grand intérêt les autres romans de cet auteur.

Autres avis:

Auteur : Salomon de Izarra

Édition: Mnémos collection Mü

Date de parution : 26/08/2022

Car les monstres se cachent la nuit…

France, 1936. Le bruissement d’une nouvelle guerre se fait entendre. Un train traverse les Vosges mais n’arrivera jamais à destination. De la carcasse encore fumante, alors que la nuit tombe, trois survivants trouvent refuge dans un petit village abandonné, au creux de la forêt, au milieu de nulle part. Accueillis par le maire, harcelés par des créatures mystérieuses, ils sont pris au piège et devront plonger dans les souvenirs les plus sombres de leurs vies pour découvrir les raisons de leur présence en ces lieux.
Avec Demain, le jour, Salomon de Izarra signe un roman intime et fantastique, véritable miroir des vanités humaines.

Après avoir réalisé une thèse sur l’écriture de l’enfermement, Salomon de Izarra est professeur de français. Ses deux premiers romans parus chez Rivages ont immédiatement été repérés par la critique pour leurs qualités aussi bien littéraires que fantastiques.

Cette chronique fait partie du Challenge S4F3 2022

6 commentaires

  1. Très chouette chronique et qui m’a donné envie de lire ce livre. Entre la narration et le côté fantastique/horreur je pense que ca pourrait carrément me plaire !!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s