Summerland – Hannu Rajaniemi

Hannu Rajaniemi est un écrivain finlandais connu pour la série Jean le Flambeur, dont le premier tome, Le Voleur quantique, a été publié par Bragelonne en 2013 mais la suite ne verra pas le jour sous nos contrées, l’éditeur ayant décidé d’arrêter les frais. Il est aussi l’auteur de plusieurs nouvelles et d’une uchronie, Summerland, écrite en 2018 et traduit en France par Annaïg Houesnard pour les éditions ActuSF.

A la fin du XIXe siècle, une découverte a bouleversé le monde qui est entré dans « l’Age Etherique ». Des découvertes scientifiques ont permis de communiquer avec les esprits et de découvrir leur territoire. Ce sont les Britanniques qui ont permis de révéler Summerland, cité du domaine des morts. Hannu Rajaniemi ne se contente pas de ce postulat de départ, mais développe tout un univers autour, autant dans l’au-delà que sur le plancher des vaches, où en 1938, le monde est bien différent de celui de nos livres d’histoire. La guerre a bien eu lieu en 1914 et la Grande-Bretagne et l’URSS en sont sortis comme les grands gagnants. La France apparait avoir peu de poids et l’Allemagne encore moins, le nazisme ne s’y est d’ailleurs pas développé. L’URSS contrôle l’Est et essaye même de gagner de l’influence en Espagne où la guerre civile fait rage.

En Grande Bretagne, il y a le pays réel et Summerland, cité à laquelle on accède si on est en possession d’un Ticket dont il faut mémoriser les nombres. On peut communiquer avec les esprits dans cette cité grâce à un ectophone ou un ectomail. Les morts peuvent même temporairement prendre possession d’un médium rémunéré pour pouvoir interagir avec les vivants. La reine règne depuis l’au-delà, accompagnée de hauts fonctionnaires. Cependant l’au-delà ne signifie pas forcément immortalité, les esprits sont soumis à des conditions particulières liées à leur constitution et doivent recharger une partie de leur essence sous peine d’effacement. L’univers développé autour de Summerland est d’une très grande richesse, étonnante à plus d’un point. On est surpris au départ car l’auteur ne prend pas vraiment de pincettes pour expliquer son monde, mais la toile de fond mise en place est vraiment exceptionnelle dans ce roman.

L’histoire tourne autour d’un complot, et le livre a un côté roman d’espionnage très marqué. En 1938, Rachel White travaille pour la cour d’hiver. Elle est mariée à Joe, ancien militaire traumatisé par la guerre. Rachel évolue dans un monde dirigé par les hommes dans lequel elle n’arrive pas à montrer sa valeur. Elle va découvrir l’existence d’une taupe travaillant pour l’URSS au sein des services. Sa hiérarchie ne la croit pas, mais Rachel décide de se lancer dans une enquête non autorisée afin de démasquer la taupe, ce qui permettra de prouver ses capacités et d’éviter une guerre par la même occasion : un développement de la guerre en Espagne. L’aspect espionnage se mêle à de l’action autant du côté des vivants que des esprits avec de nombreux rebondissements. Hannu Rajaniemi s’amuse aussi à jouer avec l’histoire avec de nombreuses références de l’époque. On croisera Lénine, Staline et même Herbert West en premier ministre anglais.

Summerland est ainsi une très belle réussite où Hannu Rajaniemi met en place un univers d’une exceptionnelle richesse et s’amuse avec l’histoire du début du XXe siècle. L’intrigue d’espionnage est plus classique mais convient parfaitement au worldbuilding. On espère retourner dans cet univers à la faveur d’autres textes tant il y a de possibilités et d’inventivités.

Autres avis: Apophis (VO),  FeydRautha (VO), Gromovar (VO), Alias (VO) , Elbakin, Dragon galactique,

Auteur: Hannu Rajaniemi

Éditions: Actusf

Traduction :Annaïg Houesnard

Parution: 08/07/22

Le deuil appartient au passé. Le meurtre est obsolète. Mourir n’est qu’un début.
En 1938, la mort n’est plus crainte, mais exploitée.
Depuis la découverte de l’au-delà, l’Empire britannique a étendu son emprise jusqu’en Summerland, un lieu uniquement peuplé de personnes récemment décédées. 
Cependant, la Grande-Bretagne n’est pas la seule à vouloir exercer une mainmise sur la vie après la mort. Les Soviétiques ont des espions en Summerland et disposent des moyens technologiques pour créer leur propre dieu.
Lorsque Rachel White, agent du SIS, obtient des informations sur une taupe soviétique, elle donne l’alerte, mettant sa carrière en péril. L’espion en question a des amis haut placés, et elle va devoir agir en solo si elle veut le coincer.

Mais comment attraper quelqu’un qui est déjà mort ?

Cette chronique fait partie du Challenge S4F3 2022

13 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s