Hante voltige de Nelly Chadour

Hante voltige est un roman de Nelly Chadour. Il a été publié dans la deuxième saison de Les saisons de l’étrange, auparavant une collection des Moutons Électriques, qui est depuis devenue une structure indépendante. J’ai gagné ce roman dans sa version Hélios grâce à un concours organisé par l’autrice sur Twitter et je la remercie encore, d’autant plus que la dédicace était exceptionnelle.

Paris, années 80. Sur fond de manifestations contre la violence policière, nous faisons connaissance avec différents personnages qui n’ont a priori pas grand chose en commun mais dont les destins vont se retrouver liés. Fusain, étudiant et dessinateur talentueux, se retrouve en pleine manif avec ses amis, marginaux comme lui. C’est là qu’il rencontre Leïla la première fois avant de se croiser à nouveau un peu plus tard. Le climat du Paris nocturne est explosif, pris entre les conflits opposant punks et skinheads, pris dans les violences policières et surtout avec l’arrivée d’un nouveau danger, un étrange motard spectral frappant la nuit dans les rues de la capitale.

Nelly Chadour réussit en peu de pages à concocter une histoire qui rassemble plusieurs genres (du fantastique, de l’horreur pour le côté slasher, du comique parfois, des légendes) et tout cela avec un fond qui fait réfléchir sur le racisme, le rôle de la police et les marginaux. Avant tout, on passe un très bon moment avec cette lecture assez barrée par certains côtés, le roman se dévore. On se laisse emporter dans cette histoire tour à tour drôle (surtout dans les dialogues et expressions) et tragique.

Cela fait du bien de croiser des personnages et des légendes qu’on voit peu habituellement. Des personnages qui sonnent vrais pour quiconque a grandi dans les années 80, des personnages atypiques, des gothiques, des punks…et un papy pantoufle, sorte de Yoda arabe dont l’arme favorite est sa pantoufle. Des personnages pour qui le sens de l’amitié et de la fraternité signifie réellement quelque chose également. L’image de Paris selon Nelly Chadour n’est pas celle des cartes postales ou de la ville lumière, c’est celle du Paris underground, plutôt sale et puant où le racisme et l’intolérance règnent. Les références aux années 80 sont très nombreuses, on en profite bien plus quand on les connait c’est certain, mais cela n’empêche pas de prendre plaisir à la lecture dans le cas contraire.

Ainsi Hante voltige est un roman de haut niveau qui, sous des aspects de littérature populaire, fait marrer et réfléchir son lecteur en même temps. Sans leçon de morale et avec un roman court et percutant, Nelly Chadour parle des injustices, du racisme et des violences policières. A quand la suite?

Autres avis: Chut maman lit, le chroniqueur, Le Chien critique, Laird Fumble, Outrelivres,

Autrice: Nelly Chadour

Éditions: Hélios / Les moutons électriques

Parution : 20 août 2021 /25 mars 2019

Année 80, Paris, il chevauche la nuit sur sa moto chromée, hantant les rues enfumées de la Capitale.

Que peuvent faire Leïla et Fusain pour arrêter cette menace sans visage, caché derrière un casque noir comme l’éternité ?

Le Motard fait rugir son moteur, et sa soif de vengeance ne connaît pas de frein.

12 commentaires

  1. J’avais adoré ce roman que j’ai lu dans sa version précédente ! (la chronique est sur mon blog ;))
    Comme tu le soulignes, un beau mélange des genres et des thèmes profonds. J’ai hâte de lire la suite !

    J’aime

Répondre à Hante Voltige, de Nelly Chadour – Les Chroniques du Chroniqueur Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s