Le Silmarillion – version audio nouvelle traduction

L’éditeur historique de l’œuvre de Tolkien dans son ensemble propose une nouvelle traduction signée Daniel Lauzon, après une première traduction datant de 1978 . La version livre audio de ce texte fournit une nouvelle occasion de se plonger dans cette fresque épique qui ravit toujours autant. Je vais donc dire ici ce qui m’a plu dans cette version.

L’ouvrage est donc divisé en 5 parties distinctes, de tailles très différentes : Il commence par L’Ainilundalë, la création du monde par Illùvatar, ainsi que les premiers conflits entre Valar et Melkor, seigneur des ténèbres. La seconde partie, le Valaquenta, décrit les différents Valar et Maia, dans un récit assez court. Ensuite, le troisième récit constitue le gros morceau du livre, il s’agit du Quenta Silmarillion, qui décrit la destinée tragique de certains elfes s’étant opposés frontalement à Melkor, et tout ce que cela a engendré sur le monde. Cela constitue les événements du premier âge de la Terre du Milieu. La quatrième partie, l’Akhallabêth, nous raconte des épisodes du second âge, en particulier l’ascension et le déclin de l’île de Numénor. Enfin, la dernière partie, Les Anneaux de Pouvoir et le Troisième Age, parle de la genèse des différents anneaux depuis leur conception par Sauron auprès des elfes jusqu’à la destruction de l’anneau de pouvoir. C’est très rapide, et la fin de ce récit correspond à l’aventure décrite dans le Seigneur des Anneaux.

Je connaissais déjà bien Le Silmarillion, je l’ai lu personnellement 4 fois déjà depuis l’adolescence, mais l’écouter m’a fait découvrir certains passages un peu obscurs, ou difficiles d’accès. Je reste persuadé qu’il faut lire ce texte avec 2 aides visuelles : une cartographie plus détaillée que celle proposée dans l’édition papier, et des arbres généalogiques des différentes branches d’elfes et familles humaines. Sans cela, il semble impossible de tout retenir, tant le récit foisonne de noms. Ayant une mémoire plus visuelle qu’auditive, l’apport de supports papiers et de cartes me permet de tracer au mieux les voyages, les batailles, et de bien situer les personnages au sein de chaque famille. C’est là tout l’avantage du livre audio, puisqu’il permet tout en écoutant le récit, de suivre en même temps ces supports papiers, évitant d’incessants allers et retours vers un glossaire, une carte, ou un schéma. C’est bête mais l’immersion n’en est que plus grande.

J’ai écouté ce livre audio avec mon fils de 10 ans, qui a pu profiter de toute l’histoire tout en me voyant tracer les voyages sur la carte. Je pense qu’il aurait été impossible à son âge de lire le livre en version papier, le vocabulaire et les tournures étant souvent assez complexes. L’audio permet aussi de mieux retenir certains noms, car les intonations, les accentuations ou les prononciations du narrateur restent plus en mémoire lorsque des personnages ont des noms proches, mention spéciale aux humains en général.

Le récit en lui-même est toujours aussi passionnant, il décrit la création d’un monde par Erù et les Valars, et la venue au monde du peuple des elfes, des humains, et des nains, dans les premiers temps de ce que le public connaît sous le terme des terres du milieu, avec quelques morceaux d’anthologie comme les batailles entre les Noldors et les forces de Morgoth, le destin de Turin ou l’histoire de Beren et Luthien. La nouvelle traduction m’a semblé plus dynamique dans certains passages, mais les premiers chapitres du récit restent assez hermétiques. Mon fils m’a avoué n’avoir rien compris à l’Ainulindalë par exemple.

Le narrateur de cette version audio est donc Thierry Janssen. Sa voix est assez intense, bien adaptée au caractère épique et tragique du récit. C’est un conteur plutôt envoûtant, qui arrive facilement à prendre un ton grave quand les circonstances deviennent plus sombres, ou à aller dans des intonations plus joyeuses lorsque la pression sur les personnages est plus lointaine. Mais d’une manière générale je trouve que cette histoire mérite d’être déclamée de cette manière par un conteur, comme on écouterait une lointaine légende au coin du feu.

En conclusion, cette version audio du livre est tout à fait convaincante, elle permet de se faire conter une histoire de légendes, de héros, de lutte désespérée et de batailles titanesques dans son canapé. Cependant, le récit reste complexe, pour connaisseurs, si on ne veut pas passer à côté de trop de choses. La consultation de documents type carte ou généalogie aide grandement, et cela est donc aisé avec une version audio. Pas le genre de livre audio à écouter dans le métro ou en faisant son jogging donc. Le récit est envoûtant, mais malgré la nouvelle traduction le texte reste complexe, peut-être un peu plus moderne que la version connue jusque là. Je me suis régalé avec cette version, mais clairement cela demande un investissement certain !

Auteur: J.R.R. Tolkien

Éditeur : Audible

Lu par : Thierry Janssen

Le Silmarillion est le cœur de l’univers imaginé par J.R.R. Tolkien, composé de récits allant des Jours anciens de la Terre du Milieu, en passant par le Second Âge et la montée en puissance de Sauron, jusqu’à la fin de la Guerre de l’Anneau.

Ils se déroulent à une époque où Morgoth, le premier Seigneur des Ténèbres, habitait la Terre du Milieu et où les Elfes lui faisaient la guerre dans sa forteresse impénétrable d’Angband pour récupérer les Silmarils. Ces trois joyaux contenant la dernière lumière pure de Valinor furent dérobés par Morgoth puis furent sertis dans sa couronne de fer.

Ces contes sont accompagnés de plusieurs œuvres plus courtes. L’Ainulindalë est un mythe de la Création tandis que le Valaquenta décrit la nature et les pouvoirs des dieux. L’Akallabêth raconte la chute du grand royaume insulaire de Númenor à la fin du Second Âge et Les Anneaux de Pouvoir racontent les grands événements de la fin du Troisième Âge, tels que racontés dans Le Seigneur des Anneaux. On retrouvera aussi dans ce volume une lettre de J.R.R. Tolkien, écrite en 1951, qui fournit une passionnante exposition des Âges précédents.

5 commentaires

  1. Merci pour ce retour, j’hésite à le relire en livre audio parce que j’ai du mal à me plonger dans la version papier chez moi et l’édition est trop belle (et trop lourde 😅) pour que je la trimballe dans mon sac à dos.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s