Une pour toutes de Jean-Laurent Del Socorro

Jean-Laurent Del Socorro fait partie de mes écrivains favoris. J’étais très intriguée par ce nouveau roman, Une pour toutes, publiée par L’école des loisirs en tout début d’année. La chronique élogieuse d’Ombrebones a fini de me convaincre de sauter le pas et je ne l’ai pas regretté.

Pour ce roman, l’auteur s’est intéressé à un personnage historique peu connu mais qui a pourtant eu une vie romanesque, au point que Théophile Gautier lui consacra un livre, Mademoiselle de Maupin, en 1835. Un film et un téléfilm racontèrent aussi la vie de Mademoiselle de Maupin, de son vrai nom Julie d’Aubigny, née en 1670 ou 1673 et morte en Provence en 1707. Une pour toutes est ainsi une biographie romancée d’une femme d’exception qui fut à la fois escrimeuse de renom, chanteuse d’Opéra, et libre penseuse. A la fin du livre, Jean-Laurent Del Socorro précise quels éléments sont véridiques et lesquels il a remaniés.

Le récit est écrit à la manière d’une pièce de théâtre, les actes remplacent les parties, et certains passages sont rédigés comme le texte d’une pièce. Cela se ressent dans les répliques, dignes du théâtre ou de comédies. J’avais déjà eu cette impression par moment dans Royaume de vent et de colères, où la narration faisait un peu penser au théâtre. Ce procédé narratif convient très bien au roman, il le rend vivant.

Julie d’Aubigny est la fille du secrétaire du comte d’Armagnac, ce qui lui a permis de grandir à Versailles et de suivre des cours d’escrime. Julie est ainsi devenue une excellente escrimeuse et une jeune femme au fort tempérament. Cependant, le jour de ses 18 ans, son père l’informe qu’elle doit se marier et se conformer ainsi à la bonne société. Elle se voit contrainte d’accepter ce mariage et devient Julie Maupin. Cependant, ce mariage ne l’empêchera pas de mener la vie qu’elle désire, et après avoir réussi à envoyer son mari en province, Julie est enfin libre de vivre comme elle l’entend. On la suit ainsi sur son chemin de vie et ses différentes aventures, dans sa quête d’elle-même, dans ses amours. Surtout, on la suit avec passion, tellement sa vie est pleine de rebondissements et sa personnalité attachante, tout cela formidablement décrit par Jean-Laurent Del Socorro. Celui-ci nous offre un roman résolument féministe, avec une héroïne forte, très humaine, se battant en duel, prônant la liberté d’aimer et d’être elle-même, d’être libre.

Le roman ressemble à un roman feuilleton, mais aussi à un roman historique décrivant avec précision la société du XVIIe siècle. L’auteur sait se faire précis dans l’utilisation des termes d’escrime, mais aussi dans ses descriptions de l’Opéra. Pourtant, le récit n’est pas seulement historique, il se dote d’une petite touche fantastique, avec la présence d’un personnage particulier très savoureux, un certain Méphistophélès qui cherche à tout prix à faire signer un contrat à Julie. Cela n’empêchera pas Julie et lui de nouer une forte amitié. Le personnage a d’ailleurs des faux airs du Lucifer du feuilleton par sa manière d’agir et son côté charmeur. Jean-Laurent Del Socorro avait utilisé un procédé proche dans Je suis fille de rage, où le seul élément surnaturel était la présence de la Mort, qui échangeait avec le président Lincoln.

Une pour toutes est ainsi à nouveau une belle réussite pour Jean-Laurent Del Socorro. Un roman dont on savoure chaque ligne, qui se lit presque trop vite tellement on est happé par le récit de cette vie trépidante. Une héroïne inoubliable à qui l’auteur rend sa juste place dans l’histoire.

Autres avis: Ombrebones,

Auteur: Jean-Laurent Del Socorro

Édition: L’école des loisirs

Parution: 05/01/2022

Julie Maupin court les duels et dégaine à tout va. Elle se produit également sur les plus grandes scènes d’opéra. Elle aime se travestir, collectionner les amants et séduire les jolies femmes. Par amour, elle peut se lancer dans de folles aventures, quitte à mettre sa vie en jeu. Elle combat les préjugés de son temps et conquiert sa liberté pied à pied.
Cette femme hors du commun a grandi à la cour de Versailles et traversé le XVIIe siècle telle une comète. Sa vie est un roman !

7 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s