Le club des punks contre l’apocalypse zombie

Célindanaé avait lu ce livre à sa sortie, mais j’ai pu profiter de la réédition collector proposée par Actu SF pour découvrir ce roman de Karim Berouka. Il faut dire que cette édition est très classe, avec un beau livre à couverture rigide, des illustrations entre les chapitres, et un CD audio (oui ça existe encore). L’objet est vraiment classe, et l’écoute du cd nous a beaucoup amusé à la maison : on y trouve des titres inspirés de l’histoire, donc pour éviter de divulgacher je conseille de l’écouter après la lecture… Les textes des musiques sont très drôles, et on est en terrain connu si l’on connaît déjà un peu l’œuvre du musicien au travers de son groupe Ludwig van 88. Au niveau des dessins du livre il s’agit d’illustrations noir et blanc représentant les protagonistes du livre, méchants comme gentils.

Mais revenons au contenu du livre. Il nous narre les aventures d’une bande de punks bien sympathiques, complètement à la marge de la société bien que résidant en plein Paris. Ils découvrent en direct live le début d’événements tragiques dans la ville lumière, dans laquelle les gens deviennent fous et se mettent à en dévorer d’autres, après s’être transformés en zombies, ces être dépourvus de la plupart de leurs facultés mentales, mais poussés par un instinct de faim et de destruction hors du commun. Les membres du collectif keupon, au nombre de 5 – 1 fille Eva, et 4 gars Mange-poubelle, Kropotkine, Deuspi et Fonsdé – vont d’abord chercher à comprendre ce qui arrive à la population, avant de se lancer en mission survie. Au passage, ils vont d’abord escorter Kropotkine pour une mission de la plus haute importance au sommet de la Tour Eiffel…

Le scénario est assez délirant, mais au final pas beaucoup plus que la plupart des films de zombies. Les punks vont donc vivre tout un tas de péripéties, avec en trame de fond des visions mystiques qui les guident, leur donnent le coup de pouce au moment où ils sont le plus mal… Beaucoup de choses tournent autour de Paris ou de la proche banlieue, mais le dépaysement concerne surtout l’état des monuments et la faune qui va peupler la capitale : des zombies, partout, qui envahissent rue, magasins, souterrains du métro, et même le zoo de Vincennes ! Ils sont vraiment méchants, moches (surtout si leur géniteur est déjà bien gratiné, n’est-ce pas M. Bogdanoff).

Les punks sont attachants et drôles. Ce sont des marginaux au sens le plus pur du terme tout au long du roman, mais ils vont évoluer sur certains points. On retrouve l’anarchiste qui réfléchit, le branleur geek débrouillard, la végane anti tout, et les 2 défoncés en permanence. Les punks à chiens, absents au début de l’apocalypse, viendront compléter le récit plus tard… On trouve au travers de leur historique et de leurs actes une critique sans fards de la société de consommation actuelle, et derrière un côté très second degré assumé on réfléchit souvent en lisant ce texte. Le Grand Capital en prend bien sur plein la tronche, comme la police, les politiques (mention spéciale pour Christine Boutin), les consommateurs (nous tous quoi !), les journalistes, et la télé en général. La musique, et en particulier la musique punk, est très présente dans le roman, catalyseur de l’activité des zombies. De nombreux groupes underground sont cités. Le style de l’auteur est fluide, imagé, avec pas mal de références à la culture pop.

Ce livre est donc une lecture plein de fraîcheur, qui sous couvert d’un délire poussé à l’extrême, pose de nombreuses questions et critique des pans de notre société actuelle. On passe un très bon moment, dans une histoire parfois trop gentille pour les héros. C’est le premier Karim Berrouka que je lis, mais j’ai découvert une plume qui me va bien et que j’ai hâte de relire. Cette édition collector est superbe, n’hésitez pas!

Autres avis: Célindanaé, L’ours inculte, Blackwolf (Blog-O-livre), Boudicca, Fungilumi, Le chien critique, Yuyine, les notes d’Anouchka, Ombrebones, La bulle d’Eleyna,

Auteur: Karim Berrouka

Éditeur: Actusf

Parution: 3/12/2021 (édition collector)

Paris n’est plus que ruines. Et le prix de la cervelle fraîche s’envole. Heureusement, il reste des punks. Et des bières. Et des acides. Et un groupe électrogène pour jouer du Discharge. Le Club des punks va pouvoir survivre à l’Apocalypse. Enfin, si en plus des zombies, les gros cons n’étaient pas aussi de sortie… Il est grand temps que l’anarchie remette de l’ordre dans le chaos ! Politiquement incorrect, taché de bière et de Lutte finale, Le Club des punks contre l’apocalypse zombie est un condensé d’humour salutaire. Il a été salué par le Prix Julia Verlanger 2016. 

Avec un album inédit de Karim Berrouka
Illustré par Zariel !

Attention, événement ! Découvrez la version collector du Club des punks contre l’apocalypse zombie ! Avec un CD inédit de Karim Berrouka à l’intérieur et des illustrations de Zariel !

5 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s