Sous le vent de la liberté de Christian Léourier

Sous le vent de la liberté de Christian Léourier était la dernière parution de l’année 2021 des éditions Argyll (et ma première lecture de 2022). A première vue, c’est un gros pavé de presque 700 pages, mais il s’agit en fait d’une intégrale réunissant trois romans. Les trois romans étaient parus auparavant chez Bayard entre 2005 et 2006, ils ont été revus et corrigés par l’auteur avant d’être publiés par Argyll. Le roman n’appartient pas au registre de l’imaginaire, ils sont à classer dans la catégorie du roman d’aventure historique.

Christian Léourier nous entraine à la fin du XVIIIe siècle en Bretagne, où vit Jean de Kervadec en compagnie de son père, noble breton désargenté et libre penseur. Son unique frère Yves, qu’il n’a quasiment pas connu, est parti faire fortune en Amérique. A la mort de son père, il se retrouve dépossédé du domaine de son père par sa tante et une famille bourgeoise. Jean décide de tout faire pour récupérer ce qui est à lui et pour cela part à la recherche de son frère, héritier légitime du manoir de Kervadec. Le voici donc embarqué comme simple matelot pour un voyage vers le nouveau monde, qui ne sera que le début de ses aventures qui le mèneront par la suite en Afrique, en Inde ou encore à Saint-Domingue. Mais il part avec le souvenir omniprésent en tête de la belle Maria le Dantec qu’il espère vite retrouver lors de son retour.

La plume de Christian Léourier est fluide et entraînante, et on entre très facilement dans l’histoire. D’autant plus qu’on se prend facilement d’attachement pour Jean de Kervadec qui se voit injustement victime du sort et de personnages cupides. Jean a eu une éducation différente par son père qui lui a permis de connaitre la philosophie des Lumières, mais il a également une relation forte avec son prête-précepteur qu’il connait depuis l’enfance. Jean est au centre de l’histoire, on le suit sur de nombreuses années, dans de longs voyages et aventures. Les autres personnages apparaissent un peu effacé par rapport à lui, que ce soit Maria dont on comprend les motivations mais qui aurait mérité d’être un peu plus active, ou Yves qui fait un peu trop figure de méchant sans véritable raison ou passé.

On voit Jean évoluer au fil de ses aventures, il faut dire que Christian Léourier n’hésite pas à le malmener tout au long des trois romans constituant l’ouvrage. Il lui en arrive des choses à ce brave Jean qui a tout d’abord grandit presque en vase clôt dans une Bretagne campagnarde de la fin du XVIIIe siècle, puis a parcouru de nombreuses contrées par voie maritime. On découvre une Amérique à plusieurs visages, celui de la Guerre puis celui des Indigènes, mais aussi l’Afrique et ses plantations, les Indes puis Paris en pleine révolution. Toutes ces contrées sont mises en valeur par les descriptions superbes de l’auteur. Mais celui-ci n’hésite pas non plus à dénoncer ce qui s’y passe, que ce soit l’esclavagisme ou le racisme. Le récit des aventures de Jean est très documenté, très juste au niveau historique. Christian Léourier nous propose ainsi de revivre l’histoire d’une période trouble en suivant un personnage dans ses multiples aventures autour du monde.

Avec Sous le vent de la liberté, les éditons Argyll nous permettent ainsi de découvrir une autre facette de Christian Léourier, qui nous offre ici une très belle fresque historique d »une période historique troublée, et pas seulement en France. Il nous propose une belle saga portée par un personnage attachant et une très belle plume.

Autres avis: Boudicca, Tachan,

Acheter ce livre en soutenant les librairies indépendantes et le blog

En papier

En numérique

Auteur: Christian Léourier

Édition: Argyll

Parution: 10/11/2021

Élevé par un père libertin et un prêtre humaniste, Jean de Kervadec est jeté dans le tourbillon du monde lorsqu’il perd la possession du manoir familial. Il embarque alors pour l’Amérique à la recherche de son frère aîné, héritier légitime, le seul à même de reconquérir leur domaine.
Cependant, le jeune homme est loin d’imaginer des multiples destinations où le pousseront vents et courants : de l’Amérique, où naît une république, aux côtes d’Afrique où sévit la traite ; de la course contre les pirates de l’océan Indien aux guerres du Deccan ; de la révolte des esclaves de Saint-Domingue aux spasmes de la Révolution qui secouent Paris.
Et si sa route croisera celle de nombreuses figures historiques, la destinée prendra quant à elle le visage d’une femme, Maria, son amour d’enfance, qui l’obsède au moins autant que son désir de vengeance envers ceux qui l’ont obligé à fuir sa terre natale.

14 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s