Dans les profondeurs du temps de Adrian Tchaikovsky

Dans les profondeurs du temps d’Adrian Tchaikovsky (Children of ruin en VO) est la suite directe de Dans la toile du temps (Children of Time en VO). Dans la toile du temps a obtenu le prix Arthur C. Clarke en 2016. Le roman est paru dans la collection Lunes d’encre chez Denoël avec toujours une traduction de Henry-Luc Planchat.

Le roman reprend beaucoup d’éléments du premier volume, et sa lecture est indispensable pour la bonne compréhension de celui-ci. Il risque d’y avoir des spoilers sur le premier tome dans cette chronique. Le premier tome nous avait présenté des créatures à 8 pattes qui évoluaient de manière très significative grâce à un virus mis au point par une scientifique. Les araignées sont toujours au rendez vous de ce roman mais elles ne sont pas seules. Dans notre futur, mais dans le passé par rapport à Dans la toile du temps, des missions sont parties dans l’espace pour terraformer des planètes en vue de l’établissement d’humains. Une de ses missions arrive dans un système avec deux mondes possibles à terraformer. Un de ces mondes s’avère abriter déjà la vie, ce qui va changer la donne prévue par les scientifiques. Surtout que dans le même temps, les communications avec la Terre sont coupées laissant présager du pire. Un des hommes de l’équipe décide de se livrer à des expériences sur des poulpes (là aussi il y a plein de pattes) qui vont eux aussi évoluer à leur manière.

Le roman suit un autre fil narratif qui se déroule à la fin de Dans la toile du temps, soit des millénaires plus tard. Nos copines les araignées se lancent dans la conquête de l’espace avec leurs amis humains et arrivent dans le système où se trouvent les deux mondes et les poulpes. Et là c’est le drame! Enfin surtout le conflit qui menace entre araignées et humains d’un côté contre poulpes de l’autre. Mais une autre menace plane sur tout ce petit monde.

L’auteur reprend le mode de l’alternance pour la narration, mais cette fois entre présent et passé et pour de plus longues parties que dans le précédent tome. Cette narration permet de lever le voile peu à peu sur ce qui s’est produit dans le passé, de mieux cerner l’évolution des poulpes et d’obtenir quelques éléments sur le nouvel élément mis en place dans l’univers. Néanmoins, le roman n’est pas d’un abord facile et j’ai eu un peu de mal à vraiment entrer dedans, certainement par manque de quelque chose à quoi me raccrocher. Puis, peu à peu, tout se met en place et devient plus clair. Certaines longueurs sont aussi présentes. Les personnages sont plus nombreux et moins attachants également.

Néanmoins, la toile de fond, les concepts et l’histoire sont vraiment d’une qualité exceptionnelle. Adrian Tchaikovsky maitrise son sujet, il nous offre un univers d’une grande cohérence tout en l’élargissant et en imbriquant les époques et les différents endroits. Son intrigue est brillamment menée jusqu’à la toute fin, arrivant, sur la base d’un schéma semblable au premier tome, à le dépasser largement par la suite. L’auteur introduit également une dimension horrifique dans une des trames, on se croirait presque dans Alien tellement c’est angoissant.

Tout comme dans le précédent opus, les problèmes de communication sont au centre du récit. Les araignées et les humains sont arrivés à se comprendre mais il leur faut maintenant se faire comprendre et inversement des poulpes. Là encore, l’auteur connait bien son sujet et nous offre des poulpes très convaincants. C’est passionnant à suivre et vraiment bien amené, prenant en compte toutes les différences entre ces créatures, qu’elles soient d’ordre social ou physique.

Dans les profondeurs du temps est ainsi une excellente suite au premier tome avec une narration brillante et des thématiques passionnantes. Des longueurs sont à souligner mais la nouvelle perspective mise en place amène sont lot de questionnements. C’est dodu, mais très riche et passionnant!

Autres avis: Outrelivres, Xapur, Le Culte d’Apophis, L’Epaule d’Orion , La Grand Bibliothèque d’Anudar , Lune, Le dragon glactique

Acheter ce livre en soutenant les librairies indépendantes et le blog:

En papier

En numérique

Auteur: Adrian Tchaikovsky

Éditeur: Denoël coll. Lunes d’Encre

Traduction : Henri-Luc Planchat

Date de parution : 09/06/2021

Il y a plusieurs milliers d’années, la Terre a envoyé de nombreuses équipes dans l’espace en vue de terraformer de nouveaux mondes et de donner un futur à l’humanité.
Arrivés à proximité d’une de ces planètes, les scientifiques à bord du vaisseau de terraformation baptisé l’Égéen découvrent, contre toute attente, qu’elle abrite déjà une forme de vie. Vont-ils surseoir à l’exécution de leur mission ou, envers et contre tout, rendre la planète habitable pour l’homme alors que la Terre n’a plus donné signe de vie depuis bien longtemps ?
L’un d’entre eux, Disra Senkovi, est convaincu que des poulpes qu’il a élevés à la conscience pourront les aider à accomplir leur tâche au mieux. Et peu importent les conséquences.

Cette chronique fait partie du challenge Summer Star Wars The Mandalorian

8 commentaires

Répondre à tampopo24 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s