Le chien du forgeron de Camille Leboulanger

Le Chien du Forgeron est le cinquième roman publié de Camille Leboulanger. Il paraitra le 19 aout aux éditions Argyll. Le roman est présenté comme un mélange entre de la fantasy et de l’histoire. C’est surtout un très bon roman, alliant la mythologie à l’histoire au travers du prisme du temps qui passe et qui montre le talent de conteur de Camille Leboulanger.

Le Chien du Forgeron s’inspire d’une figure importante de la mythologie celte :Cuchulain. Celui-ci est un des archétypes du héros puissant, aux pouvoirs quasi divin, un peu semblable à Achille par plusieurs éléments dans la mythologie grecque. Comme toute histoire de légende, celle de Cuchulain varie selon les sources. Camille Leboulanger a choisi de nous donner sa version en prenant bien entendu quelques libertés, le roman ne se veut pas la véritable histoire de Cuchulain avec le réalisme celtique pur et dur. Il s’agit de la réécriture d’un mythe. L’histoire du chien du forgeron se déroule au VIIIe siècle avant J.-C en Irlande, une époque dont nous avons assez peu d’éléments, donc tout à fait propice aux légendes.

L’histoire de Cuchulain est racontée par quelqu’un de proche de lui, quelqu’un qui connait la vie de ce personnage hors du commun et qui lui est lié. Ce conteur choisit de narrer la vie du héros d’une traite en partant de sa conception. Dechtire, sœur du roi est contrainte à un mariage forcé dont naitra Setanta. Ce dernier vivra ses premières années loin du roi avant finalement de rejoindre ce dernier quelques années plus tard. Cette rencontre sera marquante pour lui, lui amenant son surnom de chien du forgeron et forgeant ainsi son destin.

Le choix de raconter cette histoire sous le prisme d’un conteur est une superbe idée. Il permet de nous immerger complétement dans cette ambiance si particulière du monde celte. On se prend très vite au jeu, plongé dans ce monde irlandais de légendes, par ce récit ponctué des interventions du conteur précisant quelques éléments sans jamais digresser. Et on l’écoute, fasciné, nous raconter la naissance, l’enfance, la gloire, l’explication du surnom, le destin d’une légende en devenir.

Setanta a un destin incroyable, pourtant ce n’est pas un personnage sympathique, où un héros. Il correspond plutôt à un archétype: puissant, fort, viril, vivant toujours l’arme à la main, brillant combattant. Il vit pour le combat, la gloire, ne se souciant peu de sa famille ou des ses amis et encore moins de la veuve et l’orphelin. Pourtant, il est vu comme un héros par beaucoup, mais aussi comme un monstre au surnom peu glorieux. Derrière le conte pointe l’histoire tragique d’un homme, brisé, trahi, blessé, pris dans le tourbillon de la gloire et de la légende. Un personnage ambivalent qu’on a du mal à aimer mais qu’on essaye de comprendre. Tout comme ceux qui l’entoure et dont nous parle le conteur : de Ferdiad, l’ami d’enfance et compagnon de route, de Dechtire mère sans le vouloir vraiment et ne sachant que faire de cet encombrant fils, du conteur dont le destin est lié à celui de Setanta. Autant de destinées qui s’entremêlent et qui sont tissées avec brio par Camille Leboulanger qui offre une palette de personnages variée.

Et si l’histoire en elle même est connue dans ses grandes lignes, si elle a des points communs avec d’autres racontant le destin de personnage mythique, ce qui marque surtout à la lecture, c’est l’habileté dans la construction du roman, dans le choix des mots, dans la narration. Camille Leboulanger a une plume parfaite pour ce genre de récit, un talent de conteur hors pair qui nous entraîne dans les pas de cet étrange personnage qui vécut dans un temps où les légendes forgeaient les destinées.

Alors, approchez et laissez vous bercer par ses mots, par la puissance qui se dégage de ce récit et plongez dans un monde de légendes, dans les pas du Chien du forgeron!

Voir aussi: interview de l’auteur sur Argyll,

Autres avis: Elbakin, le syndrome quickson,

Auteur : Camille Leboulanger

Édition: Argyll

Parution:19 août 2021

Approchez, approchez ! Alors que tombe la nuit froide, laissez-moi vous divertir avec l’histoire de Cuchulainn, celui que l’on nomme le Chien du Forgeron ; celui qui s’est rendu dans l’Autre Monde plus de fois qu’on ne peut le compter sur les doigts d’une main, celui qui a repoussé à lui seul l’armée du Connacht et accompli trop d’exploits pour qu’on les dénombre tous.
Certains pensent sans doute déjà tout connaître du Chien, mais l’histoire que je m’apprête à vous narrer n’est pas celle que chantent les bardes. Elle n’est pas celle que l’on se raconte l’hiver au coin du feu. J’en vois parmi vous qui chuchotent, qui hésitent, qui pensent que je cherche à écorner l’image d’un grand homme. Pourtant, vous entendrez ce soir la véritable histoire du Chien. L’histoire derrière la légende. L’homme derrière le mythe.
Approchez, approchez ! Venez écouter le dernier récit d’un homme qui parle trop… 

Cette chronique fait partie du challenge estival S4F3

7 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s