La Guerre des Chiffonneurs de Thomas Geha

La guerre des chiffonneurs est un court roman de Thomas Geha situé dans le même univers que Sous l’ombre des étoiles et que la nouvelle Les tiges. C’est un roman de space opera présenté par son auteur comme divertissant et haut en couleur, ce qui lui va très bien.

L’histoire se déroule dans un futur où l’humanité a colonisé d’autres planètes, après une guerre entre les humains et les Salamandres. Les chiffoneurs sont une technologie rendant beaucoup plus rapide les voyages dans l’espace. Malheureusement, ils sont devenus très très rares et valent ainsi une petite fortune. Le roman est raconté à la première personne du singulier par Marcus, un humain adopté par les Jadoins, un peuple extra-terrestre, avant d’être finalement banni par eux après une histoire d’amour bancale. Quelques années après, il fait équipe avec Raugri, un chat humanoïde, et recherche un chiffonneur pour faire fonctionner leur astronef. Ce sera le début de leurs ennuis et du récit.

Le roman ne brille certes pas pour son intrigue tortueuse et complexe, c’est un roman de pur divertissement avec beaucoup d’actions, aucun temps mort, et des rebondissements. La lecture file à toute vitesse et on ne s’ennuie pas une seconde. Le roman est court, moins de 200 pages et on tourne très facilement les pages. Thomas Geha a clairement orienté son récit vers la distraction avec une accumulation de péripéties, de combats, de poursuites, de personnages à la répartie qui fuse. Toutefois, une fois la dernière page tournée, on se dit qu’on n’aurait pas été contre une intrigue un peu plus poussée, et qu’on retournerait volontiers dans cet univers pour en apprendre un peu plus sur certains éléments comme les chiffoneurs par exemple.

La plume de Thomas Geha est toujours aussi agréable et efficace. Il dépeint toutes ses aventures avec fougue et panache. Marcus se révèle un personnage intéressant et attachant, marqué par son passé triste. Il évolue par sa rencontre avec Alsha, une prostituée au caractère très vif. Les personnages secondaires sont sympathiques également, même si on aurait aimé un peu plus de développement pour certains, en particulier Raugri.

La Guerre des Chiffonneurs est ainsi un sympathique roman de space-opera et d’aventures. Le roman se lit vite, est très rythmé et plein d’actions. Il est parfait si vous cherchez un roman pour vous distraire ou vous changer les idées, un peu moins si on veut de la SF complexe.

Autres avis: Blackwolf, Lune, Le chien critique,

Acheter ce livre en soutenant les librairies indépendantes et le blog:

En papier

Auteur: Thomas Geha

Éditeur: Rivière blanche

Parution:01/10/2011

Dur d’être un Terrien élevé par le peuple Jadoin, des pirates… surtout quand on s’entiche d’une femme promise à son frère adoptif!
Marcus Mardel l’apprendra à ses dépends. Banni de son clan, il se retrouve sur la planète Tanope où il rencontre Raugri, un félin humanoïde bougon et asocial. Ensemble, dans le but de devenir prospecteurs, ils acquièrent un astronef, surnommé un soir de beuverie Le vieux mais joli lapin rose. Problème, pour le faire fonctionner, il lui faut un chiffonneur, et seul cet appareil permet la navigation intergalactique. Mais en ces temps troublés où certaines technologies se sont perdues, les chiffonneurs se font rares… de quoi déclencher, peut-être, la guerre des chiffonneurs…

6 commentaires

  1. Toujours bon d’avoir un roman de SF divertissant à portée de main. Merci pour cette chronique qui me fait découvrir ce titre sur lequel, faute à la couverture, je ne me serai sans doute jamais penché.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s