Peau d’homme de Hubert et Zanzim

Peau d’homme est un roman graphique dont le scénario est signé par Hubert et dessiné et colorisé par Zanzim. Il a fait pas mal parler de lui l’année dernière et a obtenu récemment le Prix Imaginales des bibliothécaires de la bande dessinée 2021. Cela faisait un bout de temps que je voulais lire ce livre, j’ai profité d’un petit tour en librairie pour me le procurer. Cet ouvrage a obtenu de nombreux prix en 2020, huit au total, dont le prix fauve des lycéens au festival d’Angoulême 2021 et le prix de la BD du Point 2020. Le livre a été publié en juin 2020, quelques mois après le décès de son scénariste.

Peau d’homme a beaucoup d’aspects des contes classiques, à commencer par son titre qui rappelle Peau d’âne, le conte de Charles Perrault. Il se déroule pendant la Renaissance en Italie et met en scène Bianca, une jeune fille ingénue qui doit se marier. On y trouve aussi une gentille marraine qui va offrir un cadeau à sa filleule, lui permettant d’exaucer un souhait. Les graphismes assez épurés donnent aussi cette impression de conte, autant pour les décors que pour les personnages.

Bianca, jeune fille de bonne famille est ainsi promise à Giovanni, qu’elle ne connait pas du tout, le mariage ayant été arrangé par leurs familles respectives. Cela inquiète assez la jeune femme qui aimerait en savoir plus sur son futur époux. Heureusement pour elle, sa marraine va lui transmettre un cadeau aussi inattendu que bienvenu : une peau d’homme qui permet à celle qui le revêt de se changer en homme. En l’essayant, Bianca devient ainsi Lorenzo, un jeune homme très beau, elle se transforme physiquement en homme et retrouve ses attributs féminins quand elle l’ôte. Bianca ne résiste pas longtemps à la tentation et découvre ainsi le monde des hommes mais aussi son fiancé. Elle apprend ainsi l’homosexualité de son promis tout en découvrant un monde qu’elle ne soupçonnait pas.

En devenant Lorenzo, Bianca va se révéler à elle-même et découvrir qui elle est vraiment. Elle va apprendre à connaitre le monde qui l’entoure, la vie des femmes et des hommes de son époque. La jeune femme s’affirme en se rendant compte de toutes les discriminations dont les femmes sont victimes. Bianca est une héroïne moderne au fort caractère.Elle n’hésite pas à se battre pour les droits des femmes, pour combattre le puritanisme incarné par son frère fanatique religieux. L’ouvrage a des thématiques très actuelles autant pour les droits des femmes que pour parler des dangers du fanatisme religieux mais aussi des droits des homosexuels. La BD ne se contente pas seulement de parler de ces thématiques fortes, elle le fait avec beaucoup de justesse, sans excès, sans être dans la revendication offensive, c’est vraiment superbement écrit et d’une justesse de ton à souligner.

Les dialogues sont également savoureux, les personnages très réussis. La relation qui se noue entre Bianca et Giovanni est magnifiquement développée et touchante. Le graphisme proche parfois de la caricature met d’ailleurs en valeur les différentes expressions des personnages. Le personnage de Bianca/Lorenzo est très réussi, la ressemblance entre les deux étant juste ce qu’il faut. Je dois avouer au tout début avoir eu un peu de mal avec le style des dessins et puis peu à peu j’ai été séduite par eux, trouvant qu’ils collaient parfaitement à l’histoire.

Peau d’homme mérite ainsi largement les louanges et prix que cet ouvrage a emporté. C’est une bande-dessinée qui aborde les thèmes du féminisme, de la liberté des mœurs, de la liberté au sens plus large, de la différence et de la tolérance. Elle interroge également les différences entre les hommes et les femmes autant en terme de droit que d’image. En prenant la forme d’un conte revisité, les auteurs parlent de thématiques bien actuelles avec intelligence, justesse et humour et nous offre une magnifique histoire.

Autres avis: Aelinel, Le bibliocosme (Boudicca), Ombrebones, Yuyine, Just a word , Les blablas de Tachan ,

Acheter ce livre en soutenant les librairies indépendantes et le blog:

En papier

En numérique

Scénariste: Hubert

Dessinateur et coloriste: Zanzim

Édition: Glénat

Parution : 03.06.2020

Sans contrefaçon, je suis un garçon !

Dans l’Italie de la Renaissance, Bianca, demoiselle de bonne famille, est en âge de se marier. Ses parents lui trouvent un fiancé à leur goût : Giovanni, un riche marchand, jeune et plaisant. Le mariage semble devoir se dérouler sous les meilleurs auspices même si Bianca ne peut cacher sa déception de devoir épouser un homme dont elle ignore tout. Mais c’était sans connaître le secret détenu et légué par les femmes de sa famille depuis des générations : une « peau d’homme » ! En la revêtant, Bianca devient Lorenzo et bénéficie de tous les attributs d’un jeune homme à la beauté stupéfiante. Elle peut désormais visiter incognito le monde des hommes et apprendre à connaître son fiancé dans son milieu naturel. Mais dans sa peau d’homme, Bianca s’affranchit des limites imposées aux femmes et découvre l’amour et la sexualité.

La morale de la Renaissance agit alors en miroir de celle de notre siècle et pose plusieurs questions : pourquoi les femmes devraient-elles avoir une sexualité différente de celle des hommes ? Pourquoi leur plaisir et leur liberté devraient-ils faire l’objet de mépris et de coercition ? Comment enfin la morale peut-elle être l’instrument d’une domination à la fois sévère et inconsciente ?

À travers une fable enlevée et subtile comme une comédie de Billy Wilder, Hubert et Zanzim questionnent avec brio notre rapport au genre et à la sexualité… mais pas que. En mêlant ainsi la religion et le sexe, la morale et l’humour, la noblesse et le franc-parler, Peau d’homme nous invite tant à la libération des mœurs qu’à la quête folle et ardente de l’amour.

17 commentaires

  1. J’ai eu un gros coup de coeur pour cette BD ! J’ai aussi eu un peu de mal avec les dessins au début mais finalement, comme tu le dis, ils collent parfaitement à l’ambiance et c’est ce qui les rend attrayants.

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour le lien 🙂
    Gros coup de coeur pour cette BD qui nous parle de liberté avec force. Comme toi, le dessin me laissait de marbre au départ et je l’ai trouvé parfait pour le propos. Une belle oeuvre!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s