Le mythe des trolls de la caverne

Vous l’aurez sans doute remarqué, le blog a changé de look récemment. Pour plusieurs raisons : je voulais retrouver l’affichage des articles en colonne que je trouve plus attractif. Après plusieurs essais, j’ai porté mon dévolu sur un thème, mais l’image d’entête précédente ne rentrait pas. J’ai ainsi eu l’idée d’en concocter une nouvelle. Voici l’histoire derrière cette nouvelle bannière pour qui je remercie encore la merveilleuse et talentueuse Anne-Laure du site Chut Maman lit qui a tout de suite compris ce que je voulais et a fait un merveilleux travail.

Cet été nous sommes donc partis en vacances en Bretagne pour un circuit itinérant dans le Morbihan et le Finistère. Parmi les merveilles que nous avons pu visiter se trouve le site de Carnac. Carnac et ses alignements de menhirs qui auraient été érigés entre 4 000 et 2 000 ans av. J.-C. Lieux mystérieux, ornés de légendes dont on ignore encore beaucoup de choses. Au cours de notre périple, nos pas nous ont menés à un alignement de menhirs un peu particulier qui sortait clairement du lot, un alignement qui semblait un peu en retrait, un peu à part du reste. En vacances, j’aime bien dessiner les paysages où je me trouve pour en garder des souvenirs dans un carnet de voyage. J’ai ainsi décidé de garder cet alignement en mémoire et de le croquer à l’aide d’aquarelles. Quand on dessine comme cela, le temps semble comme suspendu, un peu comme si on ne faisait qu’un avec le lieu. Le temps s’est ainsi suspendu et d’étranges murmures sont sortis de nulle part, racontant peu à peu une histoire, celle de ce mystérieux alignement. La voici :

Il y a de cela très très très longtemps en des temps où la terre ne ressemblait pas à ce qu’elle est aujourd’hui et où des créatures magiques côtoyaient les humains, une famille de trolls des cavernes vivaient dans un lieu paisible. Un endroit où l’océan façonnait les paysages au gré des marées et du vent, un endroit où il faisait bon vivre été comme hiver. Les trolls des cavernes aimaient beaucoup cette région où le soleil et la lune se partageaient à parts égales les journées et où ils n’étaient pas obligés de rester des jours entiers dans leurs cavernes à l’abri du soleil. Le rythme était facile à prendre et tout se passait bien pour eux. Une nuit comme une autre, ils sortirent de leur caverne pour aller vaquer à diverses occupations : se rendre chez leurs amis, jouer à des jeux sur un grand plateau, écouter des histoires évoquant des voyages vers les étoiles, des histoires de chevaliers ou de monstres, regarder des spectacles…Tout se passait normalement, le temps s’écoulait agréablement, une douce brise d’été rendait les températures agréables, le bruit de l’océan s’entendait au loin. Soudain, un lutin un peu plus facétieux que les autres s’approcha des trolls : Il voulait vérifier si ce qu’on racontait sur eux était véridique. Il n’avait pas vraiment peur de ces créatures certes immenses mais plutôt lentes surtout comparées à lui qui savaient se faufiler n’importe où. Il leur promit de leur montrer un superbe endroit et les emmena par des chemins détournés, des sentiers broussailleux et isolés. Le temps s’écoulait, et les trolls commencèrent à s’inquiéter. La couleur du ciel changeait peu à peu, les nuages masquaient l’horizon, les trolls avançaient en file indienne dans le petit sentier. Le lutin s’était caché, ils étaient perdus loin de leur caverne, loin de leur abri, de chez eux. Les premiers rayons du soleil les frappèrent rapidement et ils n’eurent pas vraiment le temps de comprendre ce qui arrivait. Ils furent pétrifiés en l’espace d’un instant, réduits à l’état de statue pour l’éternité. Le lutin réalisa soudainement la portée de ce qu’il venait de faire, les trolls resteraient ainsi pour toujours. Il fallait qu’il se fasse pardonner, qu’il essaie de se racheter au moins un peu. Il alla trouver ses amis et leur raconta une étrange histoire. L’histoire passa de bouches à oreilles rapidement, le lutin s’en assura. Dans son récit, les trolls pétrifiés étaient des dieux venus prévenir le monde d’un danger imminent. Il fallait leur rendre hommage pour éviter une terrible épreuve. L’histoire se propagea de village en village, les hommes l’entendirent. Ils décidèrent d’honorer les Dieux et pour cela érigèrent des statues en leur honneur, beaucoup de statues alignées selon les désirs des Dieux. Ils en construisirent beaucoup, en plusieurs endroits, tout autour du champ où les trolls des cavernes reposaient pour l’éternité. Ils décidèrent d’appeler l’endroit Karnag qui signifiait amas de pierre dans leur langue. L’histoire se perdit au fil du temps, le murmure devint une légende, un conte perdu comme tant d’autres.

11 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s